dimanche 13 septembre 2015

HIORROROSA MANSADA DE VAS MONTEIRO EN SANGÜENSA

SANGÜESA:MANSADA D'UN AUTRE ÂGE
Près de moi, TONI el Grande, avec la connaissance et l’aficion qui lui sont reconnues des deux côtés de la frontière, ne cessait de répéter : « Corrida de otro siglo ». Effectivement, nous avons assisté samedi à une corrida peu banale, une mansada inoubliable, et interminable, des choses et des comportements de resos que l’on ne voit plus dans une arène, mais sans grande surprise pour l’aficionado averti, tellement certains élevages Portugais nous ont depuis des lustres habitué à leur rugueuse réputation, notamment ces VAS MONTEIRO, dont la dernière sortie remonte à CÉRET, il y a une douzaine d’années. Depuis lors, rien n’a vraiment changé. SANGÜESA nous l’a rappelé, pour le cas où nous aurions pû oublier : les toros de Rita VAS MONTEIRO se sont avérés parfaitement inlidiables pour la toreria actuelle, pour des garçons plus habitués à faire passer des moutons issus de l’encaste JP DOUMÉ, nobles et dociles, que ces indomptables moruchos essentiellement dotés de mansedumbre, de genio, de sentido, mais aussi flanqués de belles armures, qui affichèrent finalement une caste incontestable, malgré leur mansedumbre inquiétante, en luttant longuement debout contre la mort. Mais aucun des six ne vint une seule fois remater contre les planches. Ce qui semblait pour partie confirmer ce que la ganadera nous déclara avant la corrida: trois de ses pensionnaires furent légèrement afeités, évidemment à son insu.
La plupart sortaient seuls des rencontres avec le cheval, se jetaient plus souvent sur le réserve, sans avoir pû être mis en suerte, refusaient même tout contact avec le fer, s’échappaient dès la moindre piqûre, fuyaient les capes en sautant comme des cabris, grattaient le sol de leurs quatre fers....Cuadrillas aux abois, palos jetés en catastrophes, deux ou trois peons seulement firent honneur à leur respectable métier, pendant que leurs petits maestros, notamment CHACÒN et CORTÈS, qui se firent copieusement huer par des aficionados mécontents de leur capitulation. Les désarmés furent si nombreux qu’il est impossible d‘en tenir un compte précis. Sans compter capes et muletas qui restèrent accrochées aux pitons des six toros qui restèrent les uns et les autres les maîtres incontestés du ruedo.

Actuation passable : Octavio CHACÒN. Chef de lidia, toujours présent et efficace, malgré son toreo avec pico et profilé. La pire : Salvador CORTÈS, qui n’a rien tenté, ni surtout qui n’a rien sauvé, malgré son prénom. Deux broncas majuscules pour lui. Ses deux peons de brega et banderilleros ont été, eux, ovationnés longuement, avant qu’il ne les autorise à se découvrir. Souhaitons qu’ils trouvent un matador digne d’eux, lui, en tout cas, fut indigne de leur valeur. Cesar VALENCIA : décevant, malgré un farol au dernier toro de la tarde. Léger, peu sûr....Il est vrai que les Portugais ne devaient laisser aucune chance aux éventuels tricheurs.

Quelques détails insolites : trois capes se sont envolées dès le premier Portugais de CHACÒN, le président autorisa le changement de tercio après une seule banderille, fuite de l’animal en tous sens, aucune embestida : le ton était donné. A son second, quelques essais profilés de la main droite, le toro charge un peu plus que ses frères, ce qui suffit au palco qui déclenche la musique. Comique !

CORTÈS : c’est son peon qui va chercher le toro, pendant que le petit monsieur regarde et attend. Jusqu’à la fin, quand le pseudo matador capitule, après deux gestes d’impuissance, c’est le peon qui est présent partout. Première bronca contre l’incapable sin vergüenza. Peon applaudi, Cortès hué, et insulté par quelques aficionados remontés. A son second animal, chute du réserve. Accidentelle !! Comme pour le premier, c’est la cuadrilla qui fait le boulot, sérieusement, avec courage....Avant la seconde capitulation de CORTÈS, et une nouvelle bronca majuscule ….Qui devrait l’inciter, j’espère pour lui, à choisir une autre voie.

Le VAS MONTEIRO de VALENCIA, manso infâme, comme les autres, se bat avec rage contre les deux piqueros. Banderilles de cirque. L’animal arrive à la muleta tête haute, violent, boca cerrada. Reste le maître, jusqu’à la septième tentative à l’épée : dans le cartilage !!! Le dernier de la tarde va trois fois au cheval en se défendant, plus qu’en poussant. Piques la plupart traseras, fallait-il le préciser ?  La mode est aux interdits, ici comme partout. Pour celui-ci, le président exige trois banderilles. Pourquoi à l'un et pas aux autres?  Mystère.!! Il est vrai que nous étions près du palco, et donc il nous entendait.... Ceci doit expliquer cela....
Fin de la tarde. Nos voisins espagnols étaient charmants, sympas à souhait. Les élus municipaux de Saint PALAIS également, les deux villes sont jumelées : visites d’amitié et de courtoisie... J’ai eu aussi l’immense plaisir de retrouver Jean Pierre, après une période de près de deux ans sans se voir. Jean P.c, fan de SANGÜESA, comme je le comprends.... Et TONI, le maestro en cultura taurina, mejor cultura de toros. De belles heures, agréables, passées en bonne compagnie, pour faire mieux digérer l’infâme mansadasse. 

Jamàs aburridos.... Gracias a ellos y ellas

P.S.
Je dois une explication, et des excuses, merci à ceux qui ont immédiatement  remis ma pendule à l'heure: c'était bien d'une corrida de VAS MONTEIRO, qu'il s'agissait, mais les toros m'ont paru si anovillados, et surtout, SURTOUT,  les hommes chargés de les lidier tellement SANS ARMES, SANS RECOURS, DES JEUNES DÉBUTANTS dans la novilleria, SANS ENVIE ET SANS ÂME, hormis un peu mieux pour CHACÒN, qui se comporta un peu plus en professionnel, que j'ai totalement zappé qu'il s'agissait de toreros d'alternative. J'ai vu des NOVILLEROS sans envie ni expérience AUCUNE face à des moruchos de petit gabarit. Pardon, merci, notamment Tinou et S° Kaparra.

2 commentaires:

etienne quintana a dit…

Merci pedrito pour cette resena , moi qui voulais savoir ou en étais les vaz monteiro
Au moin une resena digne de confiance.
Par contre tu parle de novillo , mais les trois hommes présent au cartel sont en corrida
Est ce une simple erreur de ta part ou alors il on délibérément affronter des novillos.
Abrazo en espérant ce voir a vic.

pedrito a dit…

Blogger pedrito a dit...

Merci, Tinou, je ne suis pas excusable d'avoir à ce point confondu, ou zappé.... Mais on a vu une telle mansada..... "Una mierdada".... Je me suis vu devant des novilleros sans aucun recours, avec, en plus le trapio inexistant des VAS MONTEIRO Allez, je ne veux pas en rajouter contre la ganadera, elle souffrait suffisamment, la pauvre, j'espère qu'elle émergera, elle et son fer. J'insiste: on ne s'est pas ennuyé. Mais les trois officiants.....Des guignols. Des incapables de donner trois passes de castigo. Ils n'ont pas appris que c'est une des bases du toreo. Un affreux charlot, dont ses peons semblaient craindre la punition, simplement pour avoir été LARGEMENT AU-DESSUS de lui, et les deux autres stagiaires, qui devraient retourner à la novilleril.
Un peon regardait vers nous, en s'appuyant aux planches, il nous faisait "CHUUUUUTTTT" en lorgnant vers son tout petit petit petit maitre, Cortès, la peur de se faire allumer.... Son petit petit maitre, par contre, sans attendre la sortie, il ne lui a rien manqué, par qqs aficionados déchainés. Le pôvre....