vendredi 15 janvier 2016

Suite du feuilleton du détricotage par la « gauche » de notre héritage social. 

Le festin de roi de la couverture santé complémentaire offert aux financiers

La généralisation de la couverture santé pour les salariés est présentée par le gouvernement de François Hollande comme une avancée sociale aussi importante que la création de la CMU. Depuis le 1er Janvier 2016, les 20 millions de salariés que compte la France doivent avoir une couverture complémentaire. C’est obligatoire : Est-ce à dire que jusqu’à maintenant ils n’en bénéficiaient pas ? La plupart d’entre eux avaient souscrit des couvertures individuelles auprès de mutuelles de proximité, non loin de leur habitation, et bénéficiaient ainsi de services tiers payant, d’accès aux soins dans des réalisations mutualistes locales (centres dentaires et optiques). Mais voilà, ce marché de 15 millions de personnes libres de leur choix en matière d’assurance complémentaire, échappait aux appétits financiers des grandes sociétés d’assurance privées et des institutions de prévoyance.
Marisol Touraine leur a offert sur un plateau d’argent un festin de roi en généralisant la couverture complémentaire santé par le biais des conventions collectives nationales. Car les opérateurs recommandés ne sont autres que les grands groupes financiers de l’assurance. Qu’importe à Madame la ministre socialiste le service rendu par les mutuelles de proximité, que lui importe également le tiers payant local, la relation humaine mutuelle-assuré social mutualiste qui brise l’isolement des individus.
Si le souhait du gouvernement de François Hollande avait été réellement la recherche du bien-être des salariés, il aurait mieux valu généraliser la couverture prévoyance en matière de maintien des revenus (salaires) afin d’assurer aux 20 millions de salariés un revenu constant en cas de longue maladie.
Mais le marché de la couverture complémentaire santé est plus juteux car les cotisations sont plus élevées et génèrent davantage de flux financiers.
Ainsi les financiers du monde de l’assurance seront les seuls qui tireront leur épingle de ce jeu de dupes. Car les accords de branche sont signés sur la base de niveaux de prestations peu élevés, obligeant les salariés à souscrire des garanties complémentaires sur lesquelles il n’y a pas de participation de l’employeur. Conséquence, les employeurs dépensent moins les familles de salaries dépensent plus, les assurances privées et les institutions de prévoyance encaissent un maximum.
Et puis, dès lors que les salariés vont être corsetés dans des contrats obligatoires avec les financiers de l’assurance, qui s’opposera à de nouveaux désengagements de la Sécurité Sociale dans les remboursements des soins et des médicaments ? Le boulevard sera ouvert pour aller vers une Sécurité Sociale bis, totalement privée, telle qu’elle existe aujourd’hui en Allemagne, financée par les assurés sociaux eux-mêmes et non plus par les cotisations patronales.
Merci Hollande, Valls, Macron, et tous les rois de l' enfumage politicien du PS, vous avez osé, quand d'autres si reprenaient à deux fois, par crainte de la rue!!
Et surtout, pour faire bonne mesure, continuez de compter sur les suffrages de ce dévoué « peuple de gauche » qui ne vous a pourtant pas élu pour cette forfaiture, mais que vous sollicitez à tout propos et en toutes occasions électorales sans relâche ni honte, électeurs trahis auquel que vous devez vos mandats souvent trop bien rétribués, vos carrières florissantes, vos fonctions multiples mais pas gratuites, vos réseaux politiciens, grâce au leurre mortifère régulièrement tendu par le F.N, et ceci, depuis depuis les décennies du règne Mitterrand. 
On comprend mieux que vous importe peu que grossisse le flot des citoyens abstentionnistes. Pourvu que votre élection soit garantie, même si c'est avec 15% de votants contre 10. Le résultat seul compte pour vous. Mais jusqu'à quand durera cette politique de droite par des gens dits de gauche ?

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Résultat des courses : mes collègues et moi n'avons à ce jour encore pas notre carte mutuelle, si bien que nous devons faire l'avance des frais. De plus nous ne savons toujours pas à quelle date nous recevrons la future carte.
Bonjour et merci Pedrito pour vos avis et opinions.
Bonne santé à vous pour cette nouvelle année.
Beñat

pedrito a dit…


Merci pour vos visites, Beñat, j'ai toujours plaisir à lire et redécouvrir que ceux qui jettent un coup d'œil ici sur ce blog ne sont pas -généralement- des gobe-mouches. Et çà fait rudement du bien, la conscience civique de mes vingt ou trente ans me parait chose bien abstraite chez ceux qui n'ont qu'une très vague approche, entre autres, des classes sociales.....Les réveils risquent un jour d'être rudes!

Moi aussi, je vous présente tous mes meilleurs souhaits pour vous et les vôtres . Peut-être une rencontre aux arènes?