dimanche 6 mars 2016

AVEC TRUMP, UE ET OTAN VOUÉES A DISPARAÎTRE?

.

OTAN ET UE: LA DISPARITION?

 Anne Applebaum, journaliste au  quotidien américain Washington Post,  tire les conséquences que pourrait entraîner l'élection de TRUMP à la présidence de  la Maison Blanche, à travers les organisations occidentales, les alliances nouvelles.....
Avec ses idées "révolutionnaires", non seulement le candidat TRUMP souhaite changer beaucoup de choses dans son propre pays, les USA, mais aussi revoir tous les engagements conclus jusqu'ici avec les pays historiquement alliés. La journaliste a recueilli les sentiments du candidat, concernant le futur de l'Union Européenne et l'OTAN. Et conclut que pour le candidat républicain, ces institutions primordiales pour les états occidentaux n'ont pour lui que peu d'importance. Par exemple, il a déclaré que peu lui importe que l'Ukraine entre ou non à l'OTAN, parce que les garanties de sécurité que peut offrir cette organisation n'ont que peu d'intérêt pour lui. Selon lui,  les citoyens des USA ne doivent risquer leur vie dans des conflits qui ne concernent que l'Europe. "Nous abstenir d'intervenir dans les affaires et conflits Européens nous permettrait d'économiser des millions de dollars", ajoute-t-il.
D'après lui, plusieurs pays liés par leurs engagements à l'UE subissent plus d'obligations et de contraintes que d'avantages d'avoir intégré l'Europe. Le Royaume Uni, par exemple, ne cesse agiter le spectre de sa possible sortie de l'Union, à chaque occasion jugée opportune par les Britanniques. Même la dirigeante du FN Marine Le Pen se déclare prête à sortir des deux organisations. Alors que L'OTAN et l'UE constituent dans leur ensemble le socle du monde occidental, les idées de Donald TRUMP  se révèlent une véritable menace pour l' avenir,  la voix du candidat républicain rencontrant un écho certain écho parmi de nombreux autres politiques

 Source: Arben Celi / Reuters
Traduit de l'Espagnol par Pedrito.

Note: J'écoutais hier Edwy Plenel, rédacteur en chef de Médiapart, souligner le danger que présente pour beaucoup de citoyens dans le monde, et pour la Paix ici bas, la candidature du milliardaire américain: populisme, racisme, démagogie, roulage des mécaniques, étalage de la fortune, vulgarité, culte des armes - voir en plus  ses deux fils, des tueurs, des primaires,  photographiés auprès des dépouilles d'espèces protégées qu'ils viennent d'abattre, comme le roi d'Espagne - en dit long sur l'état d'esprit du candidat comme de sa famille. Et sur la citoyenneté aux USA et ailleurs, telle que la conçoivent les dirigeants politiques en quête de pouvoir. De là à présenter la mère Clinton comme l'alternative obligée, comme un modèle de vertu démocratique, il y un pas que des journalistes sensés informer avec la rigueur intellectuelle que nécessite cette élection à la Maison Blanche ne  devraient pas franchir aussi allègrement. N'a-t-il jamais entendu parler des récents scandales financiers qui lui permettent de s'enrichir de manière crapuleuse? De plus, le programme de Me Clinton est certainement tout aussi dangereux que celui de ses prédécesseurs, les Bush et Cie: avec elle, et elle ne s'en cache pas, c'est la domination du monde, c'est la guerre partout, même contre la Russie, avec tout ce que cela comporte comme risque d'embrasement universel, au nom de "l'axe du mal", les USA étant, comme chacun le sait, avec l'Irak, l'Afghanistan, la Libye, la Syrie, le Chili, et tous les pays d'Amérique Latine et d'ailleurs, qui luttent pour se débarrasser de la tutelle de l'oncle Sam, ...l'axe de la Paix.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Ce dimanche, Sanders a remporté les caucus du Maine avec une large marge sur sur Clinton, ce qui s’est traduit par 15 délégués au sénateur et sept à l’ancien secrétaire d’Etat. Clinton a maintenant 1129 sur les 2.383 délégués nécessaires pour obtenir l’investiture, alors que Sanders en a 498.

Donc que personne ne se fasse trop d’illusion, le candidate démocrate à la maison Blanche a toute chance d’être cet individu vénal et belliqueux, proche de fait des néoconservateurs, qui promet à notre planète la pire des courses aux armements et une tension qui deviendra de plus en plus dangereuse si comme tout le laisse désormais à penser elle devient président des Etats-Unis.
( De "l'utilité" des primaires, blog Histoireetsociete)