samedi 18 juin 2016


Le déshonneur

un article de l’Humanité qui sonne juste…

JEAN-EMMANUEL DUCOIN
JEUDI, 16 JUIN, 2016
L’HUMANITÉ

manuel_valls_onpc.jpg


Photo Eric Feferberg / AFP
L’éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin


Tout auditeur de France Inter, hier, a dû se demander dans quel pays il vivait en ce moment et qui était donc ce premier ministre à la haine si tenace que chacune de ses phrases nous renvoyait aux pires époques de notre histoire contemporaine. Le visage de Manuel Valls était fielleux. Quant aux mots qui accompagnaient son attitude gestuelle empreinte de morgue, ils portaient la marque de la bassesse, de l’infamie et du déshonneur. Au lendemain d’un puissant défilé, qui a un peu plus isolé le gouvernement dans son absurde guerre de tranchées à vouloir imposer coûte que coûte la loi travail en l’état, l’acharnement de Valls à associer les manifestants aux casseurs a pris cette fois des allures inacceptables. Car enfin ! ces bandes de casseurs, organisés et repérés de longue date, ont pu semer la violence quasiment sans entrave, s’attaquant même à l’hôpital Necker, où, entre parenthèses, les employés subissent eux aussi les effets de l’austérité. La CGT et les autres syndicats sont-ils responsables de ces agissements, comme ne cesse de le répéter le gouvernement dans le seul but de discréditer le mouvement social dans son ensemble ? Que faisaient les pouvoirs publics, capables de pourchasser les hooligans aux abords des stades, mais pas quelques dizaines d’illuminés connus et coupables d’actes inadmissibles ? Concernant « sa » police, M. Valls ne s’explique pas. Mais ce n’est pas tout. Répondant à un auditeur qui s’étonnait de son animosité envers la CGT, l’hôte de Matignon osa le parallèle entre la mort atroce des deux policiers et le conflit social en cours. Une instrumentalisation scandaleuse et irresponsable. Indigne de la fonction.
Soyons clairs : la fébrilité de l’exécutif se transforme en autoritarisme que ne renierait pas la droite extrême. La preuve ? Valls d’abord, puis François Hollande en personne, ont ainsi suggéré l’idée qu’ils puissent désormais interdire les manifestations. Toutes les barrières sont éventrées. Porter atteinte au droit constitutionnel de manifester serait en effet l’apogée de la criminalisation syndicale – vieille pulsion de destruction du syndicalisme de classe. Hollande et Valls se disent prêts à renoncer aux principes républicains. Ils sont devenus fous !

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bien vu l Huma! le 23 nouvelle journée d actions, de grève et de manifestations; Sauf si le gouvernement accepte les propositions de la CGT portées hier par P. Martinez a la ministre du travail. Ces propositions pourraient permettre d avancer, sachant que vue la mobilisation qui semble stagner quelque peu, le fait de créer un organisme par branche qui aurait pouvoir d'étudier des exceptions dans les entreprises en difficulté, et qui aurait SEUL le pouvoir de décision, serait vraisemblablement un ''bon compromis'' sans être une compromission.Le texte, alors, et notamment l article 2 seraient réecrits en y ajoutant du plus pour les salariés
L' idéal serait bien sur le retrait pur et simple de la loi mais il faudrait des millions de salariés dans les rues jeudi 23 juin afin de conquérir de réels droits nouveaux et un code du travail vraiment moderne et digne des salariés du 21eme siècle. Peut être, gardons espoir
Patrick Sabatier