lundi 12 décembre 2016

POUR NOUS, LE BOUT DU TUNNEL?


Je me décide enfin à vous répondre, à vous qui manifestez régulièrement de l’intérêt pour la santé de mon épouse. En nous écrivant, en nous téléphonant....Depuis des mois, que Gisèle a commencé son combat, jusqu’à ces jours derniers, où elle refait surface à la vitesse grand V, me manquait le gnac nécessaire pour prendre le clavier, je voulais pouvoir vous dire définitivement: « tout va ENFIN bien » !! Celles et ceux qui savent, par expérience, les épreuves où nous sommes passés, me comprendront. Je n’avais d’énergie suffisante que pour soutenir Gisèle.... et espérer. Aujourd’hui, nous voyons enfin le bout du tunnel.... Et puisque le chirurgien nous a déclaré il y a peu, que « dans 30% des cas, il n’y a pas de récidive », nous nous accrocherons à ce pronostic de l’espoir.
Mille mercis à vous toutes et tous, vos témoignages d’amitié, votre soutien, nous ont été une aide précieuse. Au point que maintenant, je suis en mesure d’évoquer pour vous, en quelques mots, mais avec confiance et espoirs revenus définitivement, le mal et la peur que, comme beaucoup, hélas, nous avons traversés.

C’est au lendemain de le notre voyage à Céret que les choses se sont précipitées. Au retour de feria, trois séances de chimio, espacée chacune de trois semaines, parfois quatre, le taux des globules blancs faisait du yoyo. Parenthèse de Parentis. Puis la chirurgie à Toulouse Oncopole, 14 jours, dont certains en quarantaine, puis retour à la maison, suivi de trois nouvelles chimios, avec les mêmes imprévus, douleurs, décalages des soins....Dans le hall de l’hôpital, une grande affiche, étalait son titre raccoleur, sensé nous rassurer :« Face à la maladie, vous n’êtes pas seul(e) » !! C’est vrai que le personnel fut formidable, dévoué, compétent, exemplaire. Et tout aussi salutaires furent les signes adressés par les amis proches ou lointains mais tout aussi attentionnés. « Il vous faudra du courage », m’avait prévenu B.B. Comme elle avait raison ! Cette épreuve aura pour nous été l’occasion de mesurer le courage et la force de Gisèle, mais aussi de croiser beaucoup de souffrances, certaines nous auront plus que d’autres encore fait prendre conscience combien nous pouvons être parfois désarmés devant le mal. L’occasion aussi de faire un bilan impromptu, nous comparer et mesurer nos propres maux face à ceux qui nous entourent, évaluer et peser les souffrances. Ils sont nombreux, de plus en plus nombreux, semble-t-il, ceux que cette saloperie atteint, alors qu’ils ne s’attendaient à rien. Ils se battent, ils luttent, contre ce putain de « mal moderne », mais aussi parfois, c’est tout aussi dur, contre l’indifférence des uns et la rustrerie des autres, qui vous oublient, ou vous tournent carrément le dos, alors que, il y a peu encore, je prenais part à leur propre deuil. Certains justement bardés de la foi dont ils se réclament, respectable chez les uns, mais qui ne peut cacher chez d’autres bedauds leur ignoble tartufferie.
Pour ceux qui le connaissent, j’en profite pour glisser quelques mots sur notre ami aficionado tarnais Pierre : lui aussi se bat avec courage, lui aussi aimerait parfois lire sur les blogs autre chose que la longueur des piques montées à l’endroit ou à l’envers.
A vous tous, les autres, qui ne nous ont pas totalement zappés, bien au contraire, nous ont soutenus, je parlerai bientôt de vive voix au téléphone, le courage revenu. En attendant, je vous adresse mon salut le plus affectueux
Pedrito
PS  Une pensée pour  Mario Tisné et ses enfants, dans l'épreuve injuste et cruelle qu'ils viennent de subir, à l'occasion du décès de Mme Tisné

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bonjour Pedrito bonjour Giselle
Je me réjouis de cette excellente nouvelle et j espère bien vous croiser tous les deux sur les gradins des arênes et notamment a St Martin de Crau ou j ai eu le plaisir de faire votre connaissance.
Patrick Sabatier 13300