jeudi 18 mai 2017

L'ÉQUIPE IMMACULÉE DE M. PROPRE



Résultat de recherche d'images pour "Areva images"



Emmanuel Macron (M. Propre), Edouard Philippe (tout nouveau, tout neuf et immaculé) et Areva.
Demain sans doute nous aurons à parler ici du nouveau Premier ministre, de sa fortune, de ses déclarations de patrimoine, de ses votes de député à l’Assemblée nationale et d’autres choses encore qui feront ricaner (ou pleurer de dépit) François Fillon qui s’est trouvé bien seul pendant la grande lessive vertueuse qui a fait un président qui n’est pas lui.
LGS.
L’Observatoire du nucléaire dénonce la nomination au poste de premier ministre d’Edouard Philippe qui n’est en rien le personnage "modéré" que la communication macronienne tente de mettre en scène. Bien au contraire, Edouard Philippe a les mains très sales, ou plutôt… radioactives. En effet, lorsqu’il travaillait pour la multinationale atomique Areva, il a participé à de sombres manœuvres dans les coulisses uranifères de la Françafrique.
.
En octobre 2007, Edouard Philippe est nommé directeur de la communication et directeur des affaires publiques d’Areva. Son activité principale est alors de s’assurer de la collaboration de parlementaires acquis au lobby de l’atome. Il est ainsi en contact rapprochés avec Marc Vampa, député de l’Eure et président du groupe d’amitié France-Niger à l’Assemblée Nationale (Charlie Hebdo, 29 avril 2009).
C’est précisément pendant cette période, le 13 janvier 2008, qu’un accord est signé entre Areva et le pouvoir du Niger concernant l’exploitation de l’uranium, accord immédiatement contesté par le Mouvement des Nigériens pour la justice, mouvement touareg en rébellion contre le pouvoir central de Niamey (AFP, 17 janvier 2008).
En effet, les maigres revenus de l’uranium, largement sous payé depuis des décennies par Areva, ne bénéficient en rien à la population, et encore moins aux Touaregs, alors que les mines d’uranium sont situées dans leurs zones traditionnelles de vie.
Il est donc logique de considérer que les manoeuvres en coulisse d’Edouard Philippe ne sont pas étrangères aux graves troubles qui ont eu lieu par la suite dans la zone sahélienne (Niger/Mali) et dans le fait que, poussés par la misère, des groupes Touaregs aient fini par s’allier à des mouvements djihadistes.
Mais, surtout, il est légitime de se demander pour qui agit Edouard Philippe lorsqu’il est en charge des affaires publiques, que ce soit auparavant comme maire du Havre et désormais comme premier ministre.
Une première réponse est apportée par le fait que, à peine assis dans le fauteuil de maire du Havre (aimablement offert par son prédécesseur qui a démissionné en cours de mandat !), Edouard Philippe a offert un pont d’or… à son ancien employeur Areva, pour qu’il installe deux usines d’éoliennes off-shore, projet finalement abandonné piteusement en septembre 2016 : il serait intéressant d’enquêter pour voir ce que la sympathie d’Edouard Philippe pour Areva a finalement coûté aux citoyens-contribuables…
On notera d’ailleurs que, de 2007 à 2010, Edouard Philippe a cumulé sans état d’âme son poste chez Areva et son mandat d’adjoint au maire du Havre mais, aussi, que la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) lui a infligé un blâme pour avoir refusé de fournir des informations sur sa déclaration de patrimoine de 2014, pourtant exigées par la loi.
URL de cet article 31887 

LA LETTRE OUVERTE DE CHARLES HOAREAU

17
Publié par El Diablo

Charles Hoareau, militant syndicaliste et politique à Marseille,
Je suis, comme tant de gens en France, quelqu’un qui se bat comme il peut contre ce capitalisme ravageur qui provoque chômage, racisme et guerres, qui fabrique du désespoir à la tonne et des quartiers ghettos. Un parmi tant d’autres qui voit que Macron n’est pas encore en fonctions que déjà les premières attaques s’annoncent à commencer par une aggravation par ordonnances de la loi travail et le maintien de l’état d’urgence.
Le capital est rassuré.
Son candidat est aux manettes et le nouvel habillage de ses défenseurs, ce que certains appellent la recomposition politique, et qui est en fait un retour au pouvoir de l’alliance PS droite qui a été la règle durant presque tout le 20e siècle à l’exception de quelques périodes très courtes (36, CNR, 81-83...) peut lui permettre d’espérer d’avoir les mains libres pour revenir sur toutes les conquêtes du monde du travail qui entravent ses bénéfices.
Comme me l’a écrit quelqu’un hier « il va falloir ressortir le matos » (qu’on n’avait guère rangé !) et amplifier encore tant qu’on le peut le combat sans attendre. On va continuer de le faire syndicalement, politiquement, associativement.
On le sait. On continuera à se battre.
On sait aussi que si on a des élus, des relais politiques, cela peut nous aider et que ce sera plus dur sans cela. Alors depuis un moment et encore plus depuis mardi soir où a été officiellement annoncé le blocage entre FI et PCF je suis…je ne peux pas dire les mots. Je ne peux même pas dire désespéré car c’est un luxe que l’on ne peut pas se permettre quand on est dans le camp de celles et ceux qui sont le dos au mur dans le combat contre le capitalisme.
Mais enfin ! Où est votre boussole ?
Bien sûr que les organisations c’est important mais à condition qu’elles soient au service du monde du travail, de tous les laissés pour compte, des exclus !!! Ça ne peut pas passer avant !
En plus dans une période de régression sociale qui dure depuis des décennies !
Les organisations et les individus qui ont soutenu la candidature Mélenchon ont le devoir historique de s’entendre avant la date limite de dépôt des candidatures sinon il nous restera quoi ? L’acceptation en pleurant de tout ce qui n’est déjà plus acceptable ? La plongée dans la barbarie où veut nous entrainer ce système ? La lutte armée ?
C’est quoi qui est recherché avec ce blocage ? La disparition ? Une ou l’autre force croit-elle pouvoir tirer son épingle du jeu et avoir des élus à l’issue d’un combat fratricide ?
Sur la base des présidentielles, les projections actuelles évaluent à près de 500 circonscriptions celles où il y aura des triangulaires ou des quadrangulaires. Même s’il faut être prudents et qu’aucune élection ne ressemble à une autre, il est incontestable qu’il y a un coup à jouer et que Macron et son alliance gauche/droite peuvent être mis en difficulté. Vous vous rendez compte ce que cela voudrait dire comme possibilités de point d’appui pour nos luttes sans lesquelles il n’y aura pas de retour vers le progrès social ?
C’est la peur de gagner qui vous paralyse ?
Si le blocage actuel se maintient tout ce que vous allez gagner les uns et les autres c’est la déception à commencer par vos propres militants, conforter les sectarismes, rendre plus crédible la possibilité d’une majorité parlementaire pour Macron (alors que justement 61% des français n’en veulent pas), voire une pluie de votes blancs et nuls encore plus grande que le 7 mai et dont vous serez ce coup-ci les destinataires…
Je ne sais pas si mon courrier, qui vient après tant d’autres, vous fera entendre raison mais je sais qu’en cas d’accord nous serons nombreux à nous engager alors que dans le cas contraire vous nous contraindrez pour une large part à rester spectateurs…du moins de cet acte là parce que pour le reste on est déjà à l’action.
Charles Hoareau

MERCI AU VOTE "UTILE": GRÂCE A LUI, A CHAQUE VOTE UN PEU PLUS, L'ÈRE DU FN APPROCHE!

Il est libre Valls, il y en a même qui l'ont vu voler (air bien connu)

UN CHIEN DE GARDE CHASSE L'AUTRE



SNJ : David Pujadas : la face cachée du 20 h

18 Mai
Sur son piédestal du 20 h de France 2, David Pujadas se croyait intouchable, protégé par de bons chiffres d’audience. Le présentateur vedette vient pourtant d’être écarté. Une décision de Delphine Ernotte, Présidente de France Télévisions, qui peut paraître brutale.
Le SNJ France Télévisions ne peut se réjouir des soubresauts que traverse le Service Public depuis cette annonce. Car M. Pujadas a été la figure de proue de l’Information de France 2 pendant 16 ans. Il est donc normal que son départ suscite des interrogations.
Cependant, le SNJ rappelle qu’il n’avait cessé d’alerter la direction de l’Information sur les dérives de l’édition phare de la chaîne, sous le règne de David Pujadas et d’Agnès Vahramian, sa rédactrice-en-chef.
Non, l’audience ne justifie pas tout, et le côté obscur du 20 h se traduisait par une violence du management, un taylorisme érigé en système, et de la discrimination professionnelle. Alain De Chalvron, ancien correspondant de France 2 en Chine, n’avait-il pas lui-même été « exclu » du 20h pour avoir écrit un rapport sur l’état de la rédaction, pourtant demandé par la Présidente de FTV.
Le 20 h était tenu par une caste, celle d’un petit groupe de journalistes. L’étage supérieur de la fusée qui décide de tout : le taylorisme journalistique a été imposé comme l’ultime étape d’un système visant à contourner toute contradiction. Autrement dit, les journalistes qui mettent en forme l’information ne sont pas ceux qui la recueillent. Ceux qui fournissent des « bouts de sujets » sont cantonnés à des rôles d’exécutants.
Sur la planète 20 h, tout le monde est perdant. Alors que des journalistes peu expérimentés érigés en « nouvelles stars » de l’antenne sont en surchauffe, de grands reporters sont réduits à des missions dégradantes : multiplier les éléments.
De nombreuses dérives de cette édition ont été pointées par le médiateur de FTV. Les sujets « incarnés » ont suscité l’opprobre de bon nombre de téléspectateurs. Quel est l’intérêt journalistique de mettre en scène les journalistes au risque de donner à voir une réalité aseptisée, pour ne pas dire déformée ? Et que dire des micros-trottoirs dans laquelle on laisse parfois des électeurs d’extrême-droite tenir des propos discriminatoires, sans apporter la moindre contradiction ? La diffusion d’un dossier sur des stages destinés à redorer la masculinité des participants, sans apporter de contrepoint ni dénoncer le caractère sexiste, et lancé sur la « fin du patriarcat » a également suscité beaucoup de réactions.
Autre hasard du calendrier, dans une tribune écrite dans Libération, le directeur de l’Information, Michel Field, qui semble découvrir opportunément le contenu des journaux, s’interroge sur les reportages « incarnés » tout comme sur les « effets de montage, musique et commentaires dramatisants ».
Le même directeur de l’information qui paraissait peu enclin à défendre l’investigation ces dernières semaines, et qui semble souvent bien loin de s’intéresser à ses équipes de reporters, sauf à les remercier par mail après certaines opérations spéciales.
Le SNJ n’a pas à se féliciter ou à se plaindre d’un choix qui n’est pas de notre ressort. C’est une prérogative, de la présidente sans aucun doute.
Le choix du calendrier est néanmoins catastrophique puisqu’il jette sur le service public un nouveau doute quant au lien politique entre des décisions et le changement d’actionnaire.
Notre seule vigilance s’opère sur les contenus, et les principes qui régissent notre profession. Le choix des équipes quelles qu’elles soient doit se faire dans le respect des uns et des autres, et permettre de repartir sur des bases saines qu’elles soient journalistiques ou sociales.
Les révolutions de palais ne changent rien pour celles et ceux qui dans l’ombre tentent de faire leur métier du mieux possible.
Paris, le 17 mai 2017
David Pujadas_la face cachée du 20h

mercredi 10 mai 2017

MAUVAIS PRÉSAGE ?

La République En Marche !
REM= RADIOACTIVITÉ(°)



Emmanuel Macron, une fois élu, a donc décidé que son mouvement allait changer de nom. Il devient ainsi officiellement depuis lundi la « République En Marche ». L’acronyme sera donc le REM.
Or, pour le scientifique, le Rem est une unité de mesure de radioactivité. Unité d’ailleurs obsolète puisqu’elle a été remplacée par le sievert de symbole Sv. REM veut dire Röntgen equivalent man.
Röntgen que l’on écrit aussi en français Rœntgen, est le physicien allemand qui a obtenu le premier Prix Nobel de Physique pour avoir découvert les rayons X.
Maintenant un Rem est un centième de Sv ou dix milli-Sievert, ou de l’autre sens un sievert vaut 100 Rem. On ne l’utilise plus en France mais il est toujours en vigueur aux Etats-Unis et au Canada. Ceci expliquant peut être cela…
Pendant l’accident de Tchernobyl, beaucoup de monde en France a découvert ces unités, bien qu’officiellement, le nuage radioactif se soit gentiment arrêté aux frontières comme l’ont affirmé sérieusement les autorités de l’époque…Le rem a été initialement défini comme la dose de rayonnements ionisants ayant les mêmes effets sur la santé qu'une dose d'un rad de rayons X.
Emmanuel Macron a t’il pensé à tout cela lorsqu’il a décidé du nom de baptême de son mouvement dont on va fatalement parler à haute dose…là aussi ?
(°) Ce texte m'est transmis par G.D. Je n'ai pas résisté...

vendredi 5 mai 2017

BARRAGE AU BARRAGE: LE BILLET DE JEAN SANS TERRE

Quand Marine Le Pen utilise les discours de Fillon qui, comme Sarkozy, et comme le patronat, appelle à voter Macron. 

L’ensemble de l’appareil politique et de communication de la bourgeoisie est mobilisé pour faire élire le candidat choisi par la bourgeoisie monopoliste, Emmanuel Macron. Son programme, c’est celui de Fillon, un programme contre la classe ouvrière, contre les couches moyennes salariées, un programme de guerre contre les peuples et les gouvernements qui s’opposent à l’impérialisme français, un programme qui vise à renforcer l’Union européenne, cette alliance des bourgeoisies européennes (et états-unienne !) pour mener les politiques barbares mises en œuvre par-dessus les peuples.
  1. L’autre candidate, Marine Le Pen, c’est le racisme, la xénophobie, une démagogie sociale effrénée destinée à masquer le fait qu’elle est pour le capitalisme et que son programme réel, c’est le programme de Fillon. Le Front National, promu par François Mitterrand, sert aujourd’hui de faire valoir à Macron et à l’Union Européenne : pendant que l’attention est portée sur les antécédents pétainistes du FN, réduit au seul racisme, masquant sa violence meurtrière contre les communistes, on fait oublier la réalité de la politique d’Emmanuel Macron. Sa loi a été le premier coup contre le Code du Travail, et il estimait insuffisante la loi Travail ! C’est lui qui a mis en place l’ « ubérisation » de l’économie prévue par l’Union européenne. Il a approuvé l’agression de Hollande contre la Syrie, le soutien au Qatar, à l’Arabie Saoudite et à Israël, dont les liens avec le terrorisme sont patents. Il a soutenu l’état d’urgence, dont le gouvernement a repris des dispositions proposées par le FN. Marine Le Pen veut s’attaquer aux travailleurs immigrés, et refuse l’accueil aux réfugiés. Mais Macron propose-t-il l’abolition des législations anti-immigrés en place depuis les lois Pasqua ? Non. S’est-il opposé à la politique de l’Union Européenne de refoulement des migrants en Méditerranée, causant des milliers de victimes ? Non, il l’a soutenue et, plus encore, avec la politique belliciste de Hollande poursuivant celle de Sarkozy, il a contribué au drame humain des réfugiés fuyant la guerre.
    Faire barrage au Front National en votant Macron, c’est comme faire un barrage contre l’eau avec du grillage ! Fillon appelle à voter Macron, mais ses discours sont utilisés par Marine Le Pen ! Sarkozy appelle à voter Macron, mais tout le monde se souvient de ses discours xénophobes et racistes ! Et le patronat appelle à voter Macron, pour faire la politique sociale et économique que ferait Marine Le Pen, mais dans le cadre de l’Union Européenne qui reste pour le moment le choix des monopoles !

    Vous suivez?  Vous suivez bien? Accrochez vous, parce que, lundi, le réveil sera dur pour cette partie du peuple qui aurait pu croire aux vertus du macronisme

     

mardi 2 mai 2017

LA PESTE OU LE CHOLÉRA......

Mexico, Pacifique, Japon, Belgique, Royauume Uni, Maroc, Luxembourg, Équateur, Europe, FRANCE 54, Réunion, Hollande, Guyane, Argentine, Canada, USA, Belgique, Russie, Brasil, Allemagne, etc....etc........
Une centaine quotidienne de visiteurs venus de l’hexagone, en ce début de semaine, ce n’est pas quelque chose de fréquent, même si çà n’est pas non plus exceptionnel. Ce qui me surprend, par contre, depuis dimanche dernier, c’est la diversité des internautes issus des quatre horizons de la planète, qui ont eu l’idée de pousser la porte de mon modeste blog. Que leur prend-il? 
POURQUOI ? POR QUÉ ? WHY ?
Pourquoi ces visites inhabituelles du Mexique, de l’Asie, du Japon, et de tous ces pays du bout du monde auxquels je n’étais jusqu’ici pas accoutumé? Les amis aficionados d’Espagne, du Pérou, d’Italie, du Portugal, de Belgique, m’ont depuis longtemps habitué à leurs visites amicales, souvent agrémentées de commentaires. Mais des Balkans, d’Argentine, de Serbie, des Émirats.... Que s’est-il passé pour que l’éventail des lecteurs de « l’INSOUMIS », blog aficionado et citoyen s’élargisse à ce point ?
Serait-ce l’effet médiatique de la "FRANCE  INSOUMISE" de JL MÉLANCHON, à laquelle pourtant je n'adhère que du bout des lèvres?
Profitons-en pour les saluer tous, et pour dire à ces lecteurs du bout du monde ce qu’un citoyen Français peut éprouver comme lassitude et colère souvent, devant les faux choix politiciens qui lui sont imposés par un système pseudo démocratique qui vire à la perversion.
Le clan des Le PEN a coupé la France en deux, et tous les politiciens en quête de pouvoir rivalisent de promesses, d'astuces, et de mensonges, pour tirer les marrons du feu.
Faut-il être surpris par la présence du Front National au second tour de l’élection présidentielle ? Tous les sondages, qui devraient en passant être interdits en ces périodes décisives de choix, ont placé Marine Le Pen au second tour. Après la présence du FN aux régionales, puis des municipales, et sa victoire aux Européennes ne soyons plus surpris de voir ce parti plus que jamais présent.
Depuis le dimanche soir du premier tour, les donneurs de leçon appellent au vote républicain. A faire barrage, à voter Macron, à voter contre le FN,  et ils usent à foison de toute contorsion sémantique pour nous appeler à sauver la République.
Faire barrage, qu'ils ont monté de toutes pièces, droite et socialistes confondus!!!!
Ils en appellent à NOTRE "responsabilité". Mais ils ont oublié que l’ensemble du pouvoir politique, la droite, les socialistes, les médias, le MEDEF, ont travaillé de concert pendant près de quarante ans pour donner du parti d’extrême droite une image fréquentable. Alors que ce Parti de la haine se nourrit du malheur des plus pauvres, des humbles, de cette population que la plus vile démagogie finit par séduire.
François HOLLANDE a reçu Mme Le Pen à l’Élysée, lors des obsèques du policier assassiné à Paris, alors que sa politique d’injustice sociale et économique a participé à envoyer des millions de gens vers ce vote contestataire. Et on fait mine de s'étonner.....Et alors que Mme Le Pen n’est rien qu’une candidate, même si elle a indécemment fêté sa présence au second tour, c'est déjà une incontournable de notre système véreux qu'elle exècre mais dont elle ne cesse de sucer la roue . Nos radios, nos télés, nos hebdos ont depuis des années donné la parole aux colporteurs de la "préférence nationale". Après le FN, c'est le PS et L'UMP qui couvrent le même terrain. Ils ont mis les coups de projecteur sur le sensationnel, en ont fait des tonnes sur des faits divers, ont utilisé des champs lexicaux qui sont entrés dans des inconscients collectifs. Comment le sentiment d’insécurité a pu naître ainsi dans des villages paisibles si ce n’est à cause de tous ces abus éditoriaux savamment distribués au compte-goutte depuis des années ? 30% des voix pour le FN par exemple dans des bourgs bigourdans voisins du notre où jamais au grand jamais ne s’aventure un seul descendant d’émigré maghrébin !!! Comme il n’y a jamais eu de pédagogie chez ces médias de masse il eût fallu que le peuple téléspectateur, auditeur, lecteur fasse lui-même preuve de discernement et d’esprit critique. Exercice devenu de plus en plus répétitif pour certains et toujours inexistant pour d’autres, toujours plus nombreux.
Marine LE PEN a été auditionnée par le MEDEF en mars dernier. Est-elle aux yeux du MEDEF une candidate comme les autres ? Sans nul doute, on lui fait les yeux doux. Elle s’est ensuite pavanée devant Whirpool, pour amadouer les ouvriers en passe d’être licenciés par la délocalisation de leur boîte en Pologne, alors qu’il y a quelques mois à peine elle a refusé de voter au parlement européen pour faire passer une loi destinée à freiner les délocalisations !!!

Il fallait le faire !!!!! Et bien, elle a OSÉ !!! Dire tout et son contraire: et çà marche!!! La preuve !!

Ce parti, qui aurait dû être interdit il y a des années si nos élus de tous bords avaient eu ce courage, est reçu comme un parti républicain lambda sur tous les plateaux de télévision. Et la tribune qui lui est ainsi offerte régulièrement lui permet de distiller un programme xénophobe dissimulé subtilement en maîtrisant l’art de la litote et de la tromperie face à une espèce de respectabilité passive qui donne  des nausées, tellement les ficelles du mensonge sont grosses. Je reçois alors dans ces situations le venin d’un côté et le zèle bienséant du journaliste modéré ou de l’élu bien élevé qui derrière sa posture de neutralité m’invite à croire en une certaine duplicité.
Ils ont créé Frankenstein, ils l’ont élevé et nous demandent, une fois de plus et avec obséquiosité de le combattre. Avec Hollande et ses impostures, on pouvait au moins espérer lui botter le cul vers la sortie! Mais avec le FN, ce pur produit fasciste imposé par nos politiciens corrompus, croyez-vous que les choses pourront se passer aussi facilement? Qui a mis Hitler au pouvoir? Et comment en est-il parti?


Oui, le vote Le Pen est un déni de la République. Il est considéré pour beaucoup comme un vote protestataire mais il n’est pas possible aujourd’hui d’ignorer qu’il est mêlé à des votes racistes et xénophobes, antisémites et nationalistes. Il ne faut pas croire au ton mielleux de celle que l’on suppose être le paisible Chaperon Rouge. La France est aujourd’hui fracturée en deux camps par le clan Le Pen !!! Mais je continue de plaindre malgré tout tous les humbles qui, par millions, se laissent gruger par le miroir aux alouettes qui leur est proposé. Si par malheur leur rêve finissait par se réaliser, si le piège fonctionnait et que le fascisme prenne le pouvoir, le réveil serait terrible.


Macron porte le projet du libéralisme économique absolu qui va continuer à exclure mais qui saupoudrera habilement le peuple qui souffre du juste nombre nécessaire d’amortisseurs sociaux devant empêcher, selon leurs analyses, toute forme de révolte populaire. « Ça peut tanguer un peu mais on maîtrisera la situation » se disent-ils dans leurs logiques morbides.
Macron est ce jouet fabriqué par les banques et leurs médias inféodés, leurs chiens de garde, par les caciques du PS, il séduit une partie de la Droite : il est tantôt socialiste, d’autre fois il ne l’est plus, un nouveau Blair démagogue, affamé de pouvoir, mis en place pour briser toute velléité de changement progressiste. C’est « en marche », mais en marche « ARRIÈRE TOUTE » !!


La politique telle qu’elle est pratiquée par les opportunismes de toutes sortes porte préjudice à notre démocratie. La soif de pouvoirs a été permise et encouragée par la possibilité de cumuler et de cumuler encore. Notre constitution a engendré des professionnels de la politique qui règnent en seigneurs néo-féodaux sur leurs territoires et sur les consciences de ceux qui se sentent redevables. Des partis dits de gauche qui distribuent les postes dans les orga territoriales alimentées avec l’argent des contribuables, à leurs militants les plus "méritants", les plus serviles, un vrai bal des suceuses où certains perdent toute dignité, dans les départements les plus reculés. Notre Sud-Ouest tient la palme. 
Des dizaines d'années à tenir sans partage les rênes des pouvoirs de décision dans nos départements, ne restent que des lambeaux  de cette démocratie critique qui a vu ainsi fondre dans l'indifférence ou la résignation des générations  de citoyens écœurés.
Depuis des mois, on nous polluait la vie, avec le feuilleton de Fillon et son Pénélopegate, puis ce fut la fusée Macron, la fille du milliardaire Le Pen, puis Hamon, le petit « porte drapeau » du PS, alors qu’en réalité 80% des dirigeants de son parti faisait déjà campagne pour le zeppelin dirigeable Macron. Mais que le PS ait poussé jusqu’au bout sa pratique nocive en maintenant un candidat, Hamon, dont la seule vocation a été d’empêcher Mélenchon d’accèder au second tour et donc de s’assurer que le piège fonctionnerait bien en faveur de Macron montre qui était leur véritable ennemi parce que la plus élémentaire des additions prouve que Hamon + mélenchon font 27 % alors que macron ne représentait que 23% et donc que cela éliminait de fait madame Le pen, ce qui les inquiétait beaucoup.(°) Que ce soit ceux qui ont soutenu Hamon, inventé Macron et assuré la montée de madame Le pen à la deuxième place qui prétendent donner des leçons d’antifascisme est incroyable. Que deux candidats que la moitié de la France honnit soient grâce à eux la seule perspective offerte aux Français est de leur responsabilité historique. Ils n’ont à s’en défausser sur personne.


Restait à Mélenchon à représenter ce qui reste de la gauche non « extrême » . La gauche!! Orpheline de PC ! .Ce qu'il a fait avec brio, malgré le piège tendu par l'appareil socialiste au seul service de Macron. Et bravo encore à ceux qui croient, après trente années de trahisons, à la "gauche" socialiste


Je fais partie de ceux qui ne sont pas sensibles aux consignes de votes. Et je ne suis pas encore sûr de mon choix :
Voter BLANC, pour LA PESTE ou le CHOLÉRA?
........Ni Macron , ni Le Pen..........
Ou bien m’ ABSTENIR ?


Quoiqu’il advienne, que je vote ou que je m’abstienne, dimanche soir, dès 20H01, je serai, insoumis, le premier opposant actif à Macron, la marionnette des banques, le bourreau du monde du travail alors qui n’a lui-même JAMAIS travaillé, hormis s'enrichir parmi les cercles financiers des banquiers, sauf, dans le monde du pouvoir où il a déjà sévi, à vouloir rendre les milliardaires encore plus riches. Et les pauvres encore plus corvéables, et tondus au plus court.
Nous vivons le règne de l'abject, çà, on le sait depuis longtemps, mais pas celui de l'abject dont on finirait par s'accommoder, nous sommes de plus en plus nombreux à le refuser, même s'il est de plus en plus difficile de voir s'éveiller les consciences au civisme et à la solidarité. Jusqu'à quand? 

(°) A ce sujet, que penser de Hamon, et de son parti dit de gauche, Hamon trahi par les siens, ou bien jouet malgré lui ou consentant de ce parti dit de gauche, Hamon qui recueille le score minable que l'on sait, qui se savait depuis longtemps éliminé au second tour, qui a refusé malgré tout de s'allier à Mélenchon,  pour empêcher la présence au second tour du candidat de la "France Insoumise", Hamon et le PS complices du crime impardonnable de  préférer la présence du FN, au second tour, à celle de Méluche, Hamon et le PS qui avaient fait depuis longtemps imprimer leurs bulletins pour le second tour, alors qu'ils se savaient archi battus par Mélenchon?
Ils sont beaux, les politiciens de la "gôche" socialiste !!

jeudi 6 avril 2017

HISTOIRE DE TIMEPEEKER!!!(*)


Le malheur du DRH : « J’ai freiné des deux pieds »

Le_couperet.png
Un max de rencontres, hier mardi, à Abbeville : avec les délégués de Verescence, de Gervois, avec les mamans du Soleil Levant, avec les copains copines des Beaux-Arts, etc. Mais dans l’urgence, entre des tracts à rédiger et des courriels à envoyer, je voudrais m’arrêter sur une histoire, celle d'Arnaud. 
Sa boîte, on va la rebaptiser. Milkay, par exemple. C’est un mastodonte, vraiment un des géants de l’agroalimentaire, de la pub partout, des milliards de bénéfices. Et ce témoignage me paraît important, parce qu’il provient de l’autre côté de la barrière, mais qu’il dit la même horreur économique :
« J’étais cadre RH, ‘ressources humaines’, à M., sur un site industriel, en pleine campagne picarde.
Moi, je suis un ‘bébé Milkay’, ils m’ont pris au berceau. Je suis rentré dedans tout jeune, je n’avais pas de diplôme. J’ai eu la chance que la RH n’existe pas encore, c’était la ‘direction du personnel’ à l’époque, j’ai pris le train de l’informatique en marche, du management aussi, j’ai suivi des cours du soir. Des parcours comme le mien, ça ne serait plus possible aujourd’hui, le ticket d’entrée serait trop élevé, à bac +5 et encore.
Ca faisait 35 ans, donc, que j’étais chez Milkay France, 35 ans que je dormais la semaine à l’hôtel, avec ma petite valoche, que je ne rentrais à Abbeville que le week-end, et un beau jour, ils m’ont licencié pour ‘insuffisance professionnelle’. On m’a dit : ‘T’es plus dans la course.’ C’était à 14 h, une belle après-midi de printemps, l’an dernier. En deux heures de temps, j’ai mis mes affaires dans un carton, j’ai rendu mes clés, ils ont désactivé mon ordinateur…
Il a fallu encaisser. Après un moment de doute, j’ai mis mon employeur aux prud’hommes, et on est parvenus à un compromis : ils ont payé, cher, je ne dois pas dire combien, ni dénigrer mon entreprise. Mais l’argent ne répare pas tout.
Pour dire la vérité, j’étais un peu démotivé dans mon travail. Dans des grosses boites comme Milkay, ces dernières années, c’est toujours ‘réduire les coûts, réduire les coûts’, il faut diminuer les dépenses de personnel, et je devais donc charger les personnes sous ma responsabilité. C’était tout le temps dans mes objectifs : cascader, faire redescendre la pression. Et c’était pour moi contre-nature. J’éprouvais un écoeurement devant ma tâche, devant mon métier.
Finalement, lors du licenciement, ils m’ont presque reproché mon humanité. D’ailleurs, sur le panneau d’affichage, j’ai aperçu des témoignages de sympathie des syndicats, ce qui est tout de même rare pour un RH, alors que je me trouvais du mauvais côté de la barrière. Ils protestaient contre mon éviction, d’après eux je payais de n’être ‘pas dans le moule’…

Le pire, c’était avec les sous-traitants.

Au fur et à mesure des années, Milkay a externalisé son entretien, son gardiennage, à des sociétés spécialisées. Ca a plein d’avantages. Ca permettait à Milkay d’échapper aux grilles, de ne pas payer les gens selon les accords d’entreprise, de ne plus financer des formations. Pour les horaires, c’était sur mesure, deux heures le matin deux heures le soir. Et si le travail n’est pas bien fait, on ne paie pas, on leur fourgue des pénalités en cas de retard.
Faut voir comment les devis étaient faits, c’était de la folie : ils arrivent avec un appareil pour mesurer combien y a de mètres carrés de vitres, et au sol, la personne a par exemple 5 h pour tout terminer, elles ne rigolaient pas. Tandis que nos femmes de service, c’était un peu plus relax, et elles touchaient jusqu’à 1900 €. Sans compter l’absentéisme, là, pas de souci, c’est remplacé dans les cinq minutes… Pareil pour les vigiles : tu comprimes les tarifs tous les ans. Tu les serres.

J’ai aussi vu changer le management, avec l’arrivée du ‘toyotisme’.

L’idée, c’est qu’on affiche ce qu’on fait aux yeux de tous, tout peut être remis en cause. Donc, on a un grand tableau Velleda, avec des smileys dessus, des codes couleurs, jaune, vert, c’est vachement artistique. On met des notes, surtout quand ce n’est pas fait : ‘Pourquoi Marc n’a pas désherbé l’allée aujourd’hui ? Par manque de temps’. Donc, tu indiques sur le panneau que tu vas le faire demain. Et si le lendemain tu n’y parviens pas, si t’as la tête sous l’eau, tu culpabilises, aux yeux de tous, de l’équipe… tandis qu’avant, le chef serait venu te voir, et moi je préférais.
On demande aussi aux gens d’adopter un nouveau langage. T’es en plein milieu de la Picardie, y a des gars de cinquante ans, les études c’est pas leur fort, je veux pas caricaturer, mais tu leur dis : ‘Tu devrais faire un go see’, ou alors carrément un ‘go see think do’. Tous les jours, on fait des DOR, des ‘Daily operation review’, et puis on a la WOR, la ‘Weekly operation review’, ou encore la MOR, la ‘Monthly’. Et ça donne des scènes assez cocasses, à l’entrée d’une réunion, un cadre qui annonce à un ouvrier :
- Bon, c’est toi le timekeeper.
- Mais qu’est-ce que je fais, chef ?
Bref, j’ai lutté doucement. J’ai freiné des deux pieds, avec un peu d’humour, de la dérision. Mais ce sont des systèmes qui ne tolèrent pas tellement l’humour. Je me suis épuisé à ça. »
* (Emprunté à Fakir, journal fâché avec tout le monde ou presque)

mardi 4 avril 2017

LE CHEMINEMENT DE RENAUD.....

.................OU LA PERTE DE TOUS LES  REPÈRES.


 Aucun texte alternatif disponible.

dimanche 2 avril 2017

IL N'EST PAS TROP TARD POUR PRENDRE LA MESURE

POUR SAUVER LA GAUCHE ET LA SOUVERAINETÉ


Publié par El Diablo

photo: el diablo
photo: el diablo
On vous dira que ce n’est pas vrai, mais vous pouvez, si vous le voulez, créer la surprise le 23 avril. Vous pouvez, si vous vous en donnez les moyens, porter très haut la “France insoumise” et contribuer à bâtir cette force dont la vraie gauche, celle qui défend le peuple sous les crachats, a tant besoin dans un pays ravagé par l'égoïsme des nantis et miné par la résignation des humbles.
Mais pour y parvenir, il faut faire des choix clairs, compris de tous. C'est le moment ou jamais ! Vous pouvez représenter, demain, la principale force de gauche, reléguant un parti socialiste vermoulu à la place subalterne qu'il mérite, comme la SFIO des années 60. Si vous laissez passer cette occasion historique, en revanche, la classe qui se croit supérieure parce qu'elle détient le capital continuera de tenir le haut du pavé avec le concours de ses larbins de la vraie droite et de la fausse gauche.
Alors, allez droit au but, et tapez fort ! Vous n’y échapperez pas. L'enjeu essentiel, c'est la restauration de la souveraineté nationale, sans laquelle la révolution citoyenne que vous appelez de vos vœux restera lettre morte. Allez jusqu'au bout de vos idées, ne décevez pas les espoirs que vous suscitez, levez les équivoques dont souffre encore votre campagne. Parlez au peuple, et parlez peuple. Dites que, si vous êtes élu, vous proposerez aux Français, par référendum, la sortie de l'Union européenne.
Cette mystification supranationale, cette supercherie néolibérale n'a que trop duré. C'est un carcan imposé aux peuples par une oligarchie cupide, et vous le savez. Ne faites pas semblant de croire qu'elle est réformable, car elle ne l'est pas. N'accréditez pas l'idée qu'on puisse la changer, car c'est impossible. Ne laissez pas au Front national le privilège de l'avoir compris avant les autres et d'être presque seul à le dire. Ne lui faites pas ce cadeau !
Ce n'est pas pour rien que les dogmes libéraux sont inscrits dans le marbre des traités européens. Pour s'en débarrasser, il faut quitter l'UE. On ne peut restaurer la souveraineté populaire qu'en restaurant la souveraineté nationale. Mais on ne peut restaurer la souveraineté nationale qu’en rompant les amarres avec une institution supranationale dont la fonction est de soustraire l'essentiel à la délibération démocratique.
En jetant aux orties l'Europe des banquiers, vous provoquerez un tsunami idéologique, vous scellerez la réconciliation entre la gauche et la souveraineté. Ce faisant, vous sauverez la gauche et vous sauverez la souveraineté. Mais si vous refusez de le faire, vous tuerez la gauche en la livrant aux socialistes qui pourrissent tout ce qu'ils touchent, et vous livrerez la souveraineté au FN qui en fera un usage conforme à son ADN droitier.
Manifestez donc, face au carcan européiste, la même intransigeance que celle dont vous faites preuve face au carcan atlantiste. Pour restaurer la souveraineté de la France, vous voulez que la France quitte l'OTAN. Contrairement à Marine Le Pen, vous ne voulez pas seulement quitter le commandement intégré, mais l'alliance atlantique elle-même. Vous avez raison, et vous êtes l'un des rares, avec François Asselineau, à le dire haut et fort.
En consommant cette rupture, vous mettrez fin au scandaleux alignement de la France. Vous ferez entendre une voix indépendante sur la scène mondiale. Vous conduirez cette diplomatie souveraine, élargie aux cinq continents, qui est la vocation de notre pays. Ce défi lancé à l'impérialisme vous honore, mais si vous voulez qu'on prenne votre ambition au sérieux, montrez la même radicalité face à cette Union européenne qui est le temple de l'ordolibéralisme.
L'expérience grecque a montré qu'un compromis avec les Pères Fouettard de l'oligarchie se solde toujours par une capitulation du faible devant le fort. Ne laissez pas ces rapaces miner tout espoir de changement, coupez-leur l'herbe sous le pied en annonçant qu’il n’y aura aucune négociation, aucun compromis, que la France veut recouvrer sa liberté et qu’elle nouera ensuite, avec qui elle veut, les coopérations qu’elle jugera utiles.
Vous voulez relancer l’économie, redistribuer les revenus, rétablir les droits sociaux, réformer la fiscalité, réguler la finance. Ce beau projet a un prix qui est celui de la rupture avec le système oligarchique, la déconnexion avec ses instruments privilégiés que sont l’UE et l’OTAN.
Renversez la table, M. Mélenchon, ou résignez-vous à la défaite !
Bruno Guigue
Le 24 mars 2017

jeudi 16 mars 2017

L'ESCROC, OU LE FACHO !

En attendant,un petit dernier , pour Patrick,  mon ami d'AIX.

Comment ne pas partager l’opinion de Frédéric Lordon, ou de Jacques Rancière quand il dit : « Si Marine Le Pen devait l’emporter, ça ne serait pas gai, bien sûr. Mais il faut en tirer les bonnes conclusions. La solution est de lutter contre le système qui produit Marine Le Pen, non de croire qu’on va sauver la démocratie en votant pour le premier corrompu venu. J’ai toujours en tête ce slogan de 2002 : « votez escroc pas facho ».

 Choisir l’escroc pour éviter le facho c’est mériter l’un et l’autre et se préparer à avoir les deux. 


mercredi 15 mars 2017

MARINE PEUT LEUR DIRE MERCI

L’image contient peut-être : 24 personnes
CETTE ASSEMBLAGE HÉTÉROCLITE DE POLITICIENS DE LA GAUCHE DÉLAVÉE VOUS CHOQUE?
ON L'AURA COMPRIS, IL S'AGIT DE LA MACRONNERIE "EN MARCHE",  UN CONGLOMÉRAT DISPARATE DE POLITICIENS CUPIDES, AMBITIEUX , CORROMPUS POUR CERTAINS, LA NOUVELLE FAMILLE  SENSÉE COMBATTRE LE FN, ALORS QUE LA PLUPART D'ENTRE EUX L'ONT PROMU, DU MOINS N'ONT JAMAIS RIEN FAIT POUR STOPPER SON ESSOR, ET DONT L'ALLIANCE ENCORE AUJOURD'HUI ET PLUS QUE JAMAIS  FAVORISE OBJECTIVEMENT SON EXPANSION !
AVEC, ENTRE AUTRES BOUFFONS POLITICIENS, ROBERT HUE, PRÉTENDUMENT " FIDÈLE A SES CONVICTIONS", MAIS QUI A TRAHI LES MIENNES ET BEAUCOUP D'AUTRES DEPUIS MAINTENANT FORT LONGTEMPS
 Marine peut leur dire merci!!
Mais çà ne les empêche pas de continuer de donner des leçons de civisme aux nombreux citoyens qui s'interrogent sur l'utilité des scrutins pièges qui leur sont imposés.
Aucune issue, aucun choix autre que l'abstention, pour celles et ceux qui se sentent trahis par l' alternance mortifère entre la droite déclarée et la pseudo gauche, sa complice, qui applique depuis les années Mitterrand les mêmes recettes politiciennes, avec  d'un côté, toujours les mêmes gagnants, les riches toujours plus nombreux et plus riches, et de l'autre, les pauvres, toujours les mêmes, toujours plus nombreux et plus tondus.
Comment s'étonner si l'abstention et le vote FN grossissent dans ces deux cas  dangereusement ?




lundi 13 mars 2017

MÉLANCHON: UN POLITICIEN PARMI LES AUTRES(°)


    Le programme de Mélenchon est un programme keynésien, un programme réformiste. Qui vise dans son programme « le système de la caste médiatico-politique de la monarchie présidentielle » et non le pouvoir du capital monopoliste.
    Vouloir partager les richesses ne change par le rapport Capital/Travail, le rapport dominant/dominé, il le perpétue. Dans son programme, le capitalisme n’est jamais nommé.
    Aucune nationalisation même bourgeoise n’est envisagée. Il fait la distinction entre capital financier et capital industriel, laissant penser qu’il y a un bon capitalisme, celui qui produit et un mauvais qui spécule. En réalité il y a fusion des deux. Le coeur de la crise qui est une crise de sur-accumulation du capital se situe dans le secteur de la production et de la distribution.
    Mélenchon s’inscrit dans la recomposition du paysage politique du système en pleine crise hégémonique. Mélenchon milite pour être la relève du PS social-démocrate à bout de course. Il suit le chemin de Syriza qui a pris la place du Pasok.
    Mélenchon est un social-démocrate, new-look, gauchisant son discours mais un social-démocrate. Son passé et son présent le prouvent.
    La social-démocratie c’est une fraction de la bourgeoisie dans le mouvement ouvrier. Le PCF, en oubliant cette vérité nous a amené dans l’impasse. Il est juste qu’il disparaisse une bonne fois pour toute. Il n’est pas redressable.
    Permettez moi de douter qu’il reste dans ce parti des militants qui soient sur des bases de classe. Le devoir d’un communiste est d’être à l’avant-garde. S’ils avaient voulu l’être, ils auraient quitter le PCF en scissionnant pour construire une autre organisation depuis longtemps.
    Le réformisme dans la situation des classes actuelle en France, en Europe et dans le monde, avec une crise organique du capitalisme qui ne connaitra d’issue que révolutionnaire est tout simplement réactionnaire.
    Mélenchon vise un réaménagement de l’UE, non pas la quitter et la détruire comme machine de domination du capital sur le continent.
    Jeter les syndicalistes qui commence à chercher leurs marques pour renouer avec le syndicalisme de classe (on est encore loin du compte) dans les bras de ce réformiste bavard, traitre potentiel admirateur de Syriza et de Podemos, est une FAUTE POLITIQUE GRAVE.
    Nous vivons à l’époque du passage du capitalisme au socialisme. Mélenchon est une fausse solution.

    (°) Emprunté à Jean Sans Terre

mardi 7 mars 2017

AUTRICHE: LA VRAIE GAUCHE N'EST PAS MORTE...

Relevé sur le blog de El Diablo

AUTRICHE : le Parti communiste autrichien confirmé deuxième force politique à plus de 20% aux élections municipales à Graz




Des élections municipales avaient lieu le 5 février 2017 dans la deuxième ville d’Autriche, Graz, capitale de la région de Styrie (280.000 habitants).
La liste du Parti communiste autrichien (KPOE – fédération de Styrie) a conforté sa place de deuxième parti dans la ville avec 20,34% des suffrages, en progression de 0,48%, avec une abstention en recul de 3 points (43%). La droite traditionnelle progresse et arrive en tête. Le KPOE distance largement l’extrême-droite. Les sociaux-démocrates s’affaissent de 15 à 10%. Le KPOE conserve 10 élus et gagne un membre de l’exécutif, l’exécutif étant également réparti à proportionnelle. La droite a essayé d’en évincer le KPOE, illégalement, sans succès.
La fédération de Styrie, contrairement au PC national autrichien (qui est, lui, insignifiant électoralement dans des coalitions de gauche), refuse les orientations du Parti de la gauche européenne, l’acceptation du réformisme et de l’UE du capital. Ses militants montrent aussi, dans un contexte difficile, l’efficacité d’un fonctionnement en parti de classe et de masse. Leurs bons résultats électoraux traduisent une mobilisation sociale intense, par exemple pour le droit au logement.
Un encouragement pour les communistes des pays d’Europe qui entendent rester organisés en parti communiste !

lundi 6 mars 2017

DÉMOCRATIE? PLUTÔT PITOYABLE BOUFFONNERIE !!!

    Élection "présidentielle", ou quand la démocratie dégénère en bouffonnerie.


On pointe à juste titre la vacuité de cette joute électorale, on peste contre la débilité de ce Barnum politicien, mais on oublie généralement de souligner l’américanisation qui en est la cause. Au lieu de confronter des projets incarnés par des forces sociales organisées, la compétition présidentielle met aux prises des compétiteurs sans envergure, des bateleurs rodés à la « com » qui font des moulinets avec leurs bras en débitant des banalités. Si les électeurs sont dépolitisés, inutile de se demander pourquoi ! La crise de la politique est entretenue par le débat politique lui-même, soigneusement vidé de sa substance par les professionnels du décervelage.
Cette dégénérescence de la démocratie en bouffonnerie est d’autant plus nocive qu’elle s’accompagne d’un autre phénomène. C’est l’emprise des milieux financiers sur les médias de masse, phénomène qui semble avoir désormais atteint son maximum historique ! Dans un pays où neuf milliardaires possèdent la quasi-totalité des organes de presse, la délibération démocratique est au mieux une illusion consolatrice, au pire une vaste fumisterie. Naïfs, nous croyons que nous choisissons nos dirigeants et que ce choix est transparent. Mais deux idées fausses ne feront jamais une idée vraie. Et ce qui est sûr, c’est que cette double illusion est indispensable à la perpétuation de l’oligarchie.

La promotion d’Emmanuel Macron sur les décombres d’un fillonisme faisandé illustre à merveille ce poids des structures. La candidature du père Noël des possédants ayant explosé en plein vol, la caste lui a aussitôt trouvé un substitut. L’insoutenable légèreté de ce candidat à programme variable tient lieu de boussole d’une élection dont le résultat est programmé d’avance. La mine réjouie du jeune banquier d’affaires, très fier d’avoir gagné deux millions d’euros en deux mois en montant une OPA pour Nestlé, orne les couvertures des magazines, M. Bourdin lui sert copieusement la soupe sur BFM, et « Le Monde » fait sa campagne grâce aux subventions publiques. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes de l’oligarchie. Contrôlant les médias qui formatent l’opinion(*), elle préside à une foire d’empoigne électorale qui distraira le bon peuple et ne lui réservera aucune mauvaise surprise.

Bruno GUIGUE
Blog Le Grand Soir

(*) Note de Pedrito: non seulement les médias formatent l'opinion, ou ce qu'il en reste, mais ils participent, par le bourrage de crâne qu'ils  font subir aux citoyens, en relayant les  moindres caprices, les promesses, les mensonges, avec pour certains d'entre eux la corruption, la plupart du temps niée, escamotée, minimisée, banalisée, les actes inciviques de ceux sensés être "plus blanc que blanc", 24 heures sur 24  depuis des semaines et des mois, à l'écœurement général des Français désabusés par cet immonde cirque imposé avec comme unique référence la loi des milliardaires: et à son service, un système électoral à bout de souffle.
Le danger, c'est que beaucoup de ces bouffons se donnent en exemple alors qu'ils sont en plus corrompus. Comment ensuite avec de tels exemples exiger du peuple citoyen le respect des lois et de la justice?  


mercredi 15 février 2017

PAS D'AMALGAME!


L'école des civilités



L’image contient peut-être : voiture et plein air

BEL EXEMPLE DE CIVISME!


Pour ceux qui sont sensés donner l'exemple, et verbalisent ensuite les contrevenants, sans état d'âme. 
Qui a dit que la majorité des  policiers vote Le Pen!! 
Des calomnies, sans doute!!
Comme ça, en passant.....Mais surtout, pas d'amalgame....
 Du blog de"Canaille le Rouge"

mercredi 8 février 2017



Vous me faites pas peur avec vos t-shirts. La meilleure façon de se payer un costard est de travailler (déclaration de Macron) 
Rêves de devenir milliardaire

par Max

article sur Les-Crises.fr

Ce qui est peut-être le plus difficile à comprendre dans la série de scandales qui touchent les candidats à la présidentielle en France, c’est le caractère extraordinairement limité des sommes qu’encaissent les « politiques » par rapport à ce qu’ils offrent à leur bailleurs de fond, à savoir le pillage de l’Etat. Le cas le plus extraordinaire est celui de Fillon dont le programme économique et de santé a été rédigé par Henri De Castries, qui outre le fait qu’il a longtemps dirigé l’Institut Montaigne, Laboratoire d’idées pour les monopoles et en particulier pour Axa qui lorgne un  pactole qui fait rêver :474 milliards d’euros, celui de la privatisation de notre système de santé. Rien à voir avec les petits arrangements de quelques millions d’euros de la Pénélope gate, mais l’esprit du Français ne peut désormais pas s’élever jusqu’à la question de l’État et des profits des monopoles financiarisés qui agissent en meute et nous imposent le drame permanent du chômage, de la misère, de l’angoisse au travail face à la surcharge, de l’insécurité au sens plein du terme. L’esprit français, celui du Canard Enchaîné, peut juste soulever le coin du voile sur ce qui est à la hauteur de la pensée française dépolitisée, sans vision réelle des rapports de classe. Cette attaque de Macron reste dans les mêmes limites puisqu’elle semble ignorer que Macron a derrière lui également Axa et d’autres pillards de haut vol. Ce niveau du scandale ne peut que rapporter à l’extrême-droite, mais dans le même temps peut-être dans ce niveau de dépolitisation où l’on voit un parti communiste censé nous aider à percevoir les enjeux de classe soumis à un effet hypnotique derrière la social démocratie, ne peut-il en être autrement. L’affaire crapuleuse du collier de la reine a déclenché la révolution française, créé l’illégitimité royale dans l’esprit de pauvres gens qui ne pouvaient envisager les sommes colossales qui leur étaient extorquées (note de Danielle Bleitrach pour Histoire et société) 
Nous allons nous intéresser aujourd’hui à un lièvre détecté par l’indispensable Canard enchaîné (bravo à lui, qui a bien défriché et m’a donné l’idée de creuser un peu.
Je précise bien qu’il s’agit d’un travail d’amateur sans prétention – qui vise simplement à aiguillonner quelques journalistes. (c’est bien le but de les rendre publics sur Internet)
Emmanuel Macron serait-il très très dépensier – ce qui expliquerait alors son regard positif sur les rêves de devenir milliardaire ?
Ou aurait-il des actifs qu’il a oublié de déclarer?
Nous n’en savons rien du tout, disons le clairement par prudence. C’est une simple question de citoyen qui émerge à la lecture de ses déclarations, et qui n’est pas absurde.
Mais il est difficile de le savoir si aucun journaliste ne lui demande quelques comptes sur ses comptes, afin de les comprendre et de simplement clarifier les choses…
Et comme il refuse de répondre aux questions du Canard, alors qu’il est dans l’ancien ministère de Cahuzac, on devient suspicieux…) Regardez pourquoi.
J’espère en tout qu’un journaliste étudiera ces faits que nous nous mettons en avant,  afin qu’un professionnel mène pour le coup une vraie enquête…
EDIT 08/02 : je note que ce billet publié initialement le 3 juin 2016 sur le patrimoine de Macron, candidat presque officiel du journal Le Monde, a commencé à se mettre à buzzer il y a une semaine. Je le ressors donc, un peu toiletté sur la forme, je n’ai pas revu le fond – et je n’ai vu passer aucune enquête d’un média là-dessus depuis juin (si quelqu’un a des informations…).
Je signale donc que je subis depuis une semaine une très grave campagne de diffamation publique du Monde visant à me faire fermer ce blog (mais il est vrai que je les agace depuis quelques années en montrant leur erreurs et omissions,je le reconnais)
Comme on ne me fait pas taire facilement, je ressors donc ce billet – pour vous faire patienter, la suite de la série Décodeurs prend plus de temps que prévu – il y a tant à dire aussi…
(Billet édité) Emmanuel Macron a donc déclaré : «Vous me faites pas peur avec vos t-shirts. La meilleure façon de se payer un costard est de travailler ».
C’est qu’en effet le travail génère des revenus, dont une partie sert à se constituer de l’épargne et donc un patrimoine.
Eh bien nous allons analyser aujourd’hui celui de notre Ministre de l’économie, Inspecteur général des Finances…
Nous disposons en effet grâce à la nouvelle loi sur la transparence sa déclaration de revenus (Source : HATVParchive) et de patrimoine (Source : HATVParchive).
Comme il a été nommé en août 2014 dans le gouvernement Valls II, ses déclarations (isolées donc) n’ont pas figuré avec celles de ses collègues, qui avaient suscité beaucoup d’articles quelques mois auparavant. Cela va être corrigé.







dimanche 5 février 2017

Macron l’obscur objet du désir et la dictature du capital


Comment les médias ont fabriqué le candidat Macron


Bon, je crois que tout le monde l’a entendu, Macron a parlé … longuement, mais qu’a-t-il dit?
Le discours de Macron c’est du vent, sa culture un lot de citations, une sorte d’Almanach Vermot mais pas de projet, toute cette esbroufe mais pas seulement. Il y a le noyau dur:  Il a dit qu’il faudrait discuter par branches et entreprises: c’est à dire qu’il faudrait renforcer la loi « El-Khomeri « , il a dit sans dire tout en disant un message sublimal noyé dans « la fraternité » . C’est comme pour l’Europe, il a gourmandé ceux qui ne lui étaient fidèles que « souvent » comme Hamon et Mélenchon, alors que lui c’était du toujours, telle qu’elle était… l’austérité,la misère, la fin des services publics, avec en fond la 9e de Beethoven jouée aux réfugiés tandis qu’ils ont les pieds gelés dans l’hiver des Balkans.  Et dans la même  logique aller encore plus loin que la loi El-Khomery au nom de la « liberté » du travail, celle comme nous disions du libre renard dans le libre poulailler. . Son appel à l’optimisme ne s’appuie sur rien d’autre que sur la poursuite et l’aggravation de ce qui est assorti de bons sentiments dont on présente la note à ceux qui n’en peuvent plus et les profits toujours aux mêmes..
Sa stratégie: à droite toute pour siphonner les voix centristes et juppéistes de Fillon, jouer dès maintenant le second tour face à marine Le pen, en étant assuré que la gauche et l’extrême gauche se draperont dans les bons sentiments antifascistes que l’on exige d’eux, une sorte de réflexe conditionné inculqué avec l’ère Mitterrand. . Il faut préserver Marine le Pen pour être assurer de l’emporter, rien de nouveau depuis plus de vingt ans, une histoire qui s’adresse pourtant aux moins de vingt ans en espérant qu’ils ne peuvent pas connaître.
Cela ressemble étonnement à la manière dont la finance, le complexe industrialo militaire a joué Hillary Cinton, ne se contentant pas de la promouvoir mais lui assurant un adversaire, le seul qu’elle était en mesure de battre. Enfin ils le croyaient ou plutôt se disaient que la situations était aussi dégradée qu’ils ne pourraient plus assurer l’élection de leur protégé, un milliardaire fasciste ferait aussi bien l’affaire.
En écoutant Macron et surtout en regardant le dispositif de la salle, je pensais au coût de sa campagne et à ses bailleurs de fond en me demandant ce qu’ils exigeraient de lui aux lendemains de son élection. Ce frêle poulet gavé aux hormones médiatiques que l’on tente selon des techniques éprouvées de marketing de transformer en objet de désir sera obligé d’être impitoyable, il devra être la dictature du capital par temps de crise.
Et comme le PCF est aux abonnés absent, que sa direction continue à osciller entre deux sociaux démocrates, un  coup pour les refondateurs, un coup pour les primaires, l’essentiel n’est-il pas que l’on finira jusqu’à être prêt à appeler à faire barrage au fascisme,je vois déjà l’éditorial dans l’Humanité, .
Parce que si nous nous avons renoncé à éclairer ce qu’était la dictature du prolétariat, l’art et la manière de mettre cette petite minorité au pas,  eux n’ont pas renoncé à exercer celle du capital, ce mélange de consens autour de leur force liée à l’habitude de la soumission, à l’individualisme, à l’espoir d’en retirer quelques miettes et de répression pour ceux que l’on a du mal à convaincre, ils passent même de l’hégémonie de la séduction  consumériste, du libéral libertaire à la tyrannie  sur le travail, du chômage au suicide des employés, à la violence, la haine pour tous, les écoles et des hôpitaux que l’on ferme et des prisons saturées, comme mode de gouvernance.
Danielle Bleitrach