dimanche 20 août 2017

LEUR DIEU NE FRAPPE JAMAIS LES PALAIS NI LES BANQUES


Solidarité face au théofascisme

Publié le 18 Août 2017


Solidarité face au théofascisme
Qui les arme?
Où les trouvent-ils ? Comment expliquer les moyens sans fond dont ils disposent ?
Les financiers financeurs de E.I.- Daesh and C° entre deux investissements dans le mercato ou des provocations contre la souveraineté des peuples et leurs états  vont-ils pouvoir longtemps poursuivre sans freins leur barbare logistique.
Ils ont encore frappé. comme à Nice ou Manchester, comme au Nigéria, au Burkina fasso, en Russie aux USA ou tout le Moyen orient.
Insupportable!
Après Manchester Canaille le Rouge écrivait ceci : 
"Ils frappent ; pas si aveuglement que celaPersonne qui ne remarque que depuis le 11 septembre jusqu'à ce jour Manchester , à travers la planète les attentats fascistes visent toujours des rassemblements jeunes, festifs et populaires.
Jamais la caste qui les pilote ne s'en prend à l'aristocratie financiaro-industrielle qui porte et impose les politiques impérialistes qui servent d'alibis aux criminels.
Cet attentat arrive juste le lendemain de la visite du 1er responsable de la 1ere puissance impérialiste auprès du principal soutien à l'idéologie wahhabite socle de toutes les branches cette partie du théofascisme. 
Tous ces attentats renvois à des mouvement parés ou pas de façades religieuses tous liés à la mouvance fasciste ici théofasciste ou là, nazie.
Ils frappent et partout les premières réactions, et sans tarder en France, au nom de la sécurité, brider les Libertés.
Notons la réaction immédiate du gouvernement français pour dire maintenir un état d'urgence inadapté à la lutte contre les poseurs de bombe mais d'une grande utilité pour museler tout mouvement populaire appelé à contester sa politique."
Pas besoin d'en changer une ligne tant le cadre est le même tant les causes sont toujours présente.
Reste la question qui devient lancinante :
Va-t-on longtemps encore devoir remplacer le non d'une ville meurtrie par celui de la suivante sur la lite des victimes du théofascisme sans arrêter les assassins et les forcent qui les épaulent ?
depuis le début de 2016, plus de 3000 morts que le théofascime cette variante du fascisme générique sème sur les chemins qui lui sont dégagés par de curieuses alliances  politico économiques. Alliances, à combattre sans faiblesse sous toutes leurs formes, qui le font croître.
Les mêmes subsides qui transitent via les banques du capital mondialisé peuvent acheter des armes à Satory ou des footballeurs sur le marché aux bestiaux de la FIFA ou encore spéculer sur des palaces en direct ou via des fonds de pensions. 
Personne qui exigeant des mesures contre le terrorisme ne propose la confiscation des fortunes qui servent à son financement ou la fermeture les officines qui gravitent autour de ses actes. Personne qui ne dénonce la tolérance avec les régimes qui en Europe ont précédé Trump dans la réhabilitation du nazisme des pays Baltes à l'Ukraine, de Budapest à Varsovie.
Peu ou personne pour rappeler la perméabilité entre fascismes, théofascisme de Charlottesville et Barcelone ou Paris (idées et réseaux de circulation des armes, tolérances officielles etc.)
Cela ressemble un peu à cette drôle de guerre à l'identique de celle de 1939  : l'ennemi est ciblé mais surtout ne pas l'attaquer,. Continuer tel le patronat français en 40 à commercer avec lui, à faire les yeux doux à ceux qui le couvent voir profitent de sa terreur pour accumuler des fortunes.
Lui vendre des armes qui vont se répandre via les convois de Toyota flambant neuves à travers la planète.
Lui reconnaître des mérites (Fabius et la Syrie ou le putsh fasciste de Kiev), encourager ses émules (Erdogan à Ankara, Sissi en Egypte). Et ne rien dire officiellement de celui qui depuis la Maison Blanche instrumentalise la monté globale du fascisme sur la planète.
Vouloir faire croire que l'un serait pire que l'autre renforce et l'un et l'autre.
Dans l'affrontement global mondialisé entre le capital et le travail, le capital déploie l'outil dont il a besoin pour maintenir son hégémonie, ce talon de Fer dont parlait J London.
Urgent que les peuples trouvent le chemin pour hausser le ton et s'attaquent à extirper le mal et toutes ses racines. c'est de lutte de classe qu'il s'agit.

Blog de CANAILLE LE ROUGE

samedi 19 août 2017

LA PHRASE DU JOUR

L’écroulement de l’URSS et des pays satellites en 1990, marqués par le goulag et les crimes, n’invalide pas la portée universelle du communisme, pas plus que la Saint-Barthélemy n’a mis en défaut les valeurs du christianisme: le PCF doit redevenir un parti politique de première division, il doit porter l’étendard du communisme en France où le capitalisme s’est développé, s’est transformé, et a peut-être, historiquement, déjà fait son temps.

André GÉRIN, dans une contribution à la préparation du congrès extraordinaire du Parti Communiste Français pour 2018

lundi 14 août 2017

LE PARTI COMMUNISTE ET "LES PAUVRES"


« Pourquoi le PC a perdu les pauvres ? » (par Franck Marsal)

12 Août Blog histoireetsociete
« Pourquoi le PC a perdu les pauvres ? » (par Franck Marsal)
J’aime bien les questions simples et directes. Celle-ci m’a été posée hier soir sur facebook par un ami Facebook (Ch. Valas) et, il m’a semblé qu’elle méritait une réponse. Voici donc la question (en version complète) :
« On peut se demander pourquoi les pauvres votent et donnent le pouvoir aux riches. Alors qu’ils sont les plus nombreux et qu’ils peuvent aisément remporter toutes les élections et étant au pouvoir organiser la répartition des richesses. Pourquoi le PC a perdu les pauvres? »
Et ma réponse :
Pauvres ? Ou « prolétaires » ?
Définir les gens comme « Pauvres », c’est les définir par ce à quoi ils ont accès, non par ce qu’ils font ni ce qu’ils sont. Dans notre société, les « pauvres » ne sont pas une minorité de marginaux. C’est de plus en plus la masse de ceux qui, comme disait Marx, n’ont pour vivre que la force de leur travail, les prolétaires. Ce sont plusieurs milliards de personnes à l’échelle mondiale de notre système de production. Ils sont les producteurs essentiels de toutes les richesses qui permettent aux « riches » d’être riches et à la société dans son ensemble de vivre et de se perpétuer.
Donc, ceux qui subissent la pauvreté ne sont pas réellement des « pauvres ». Ils sont au contraire très riches, riches de ce qu’ils savent faire, de ce qu’il produisent chaque jour, de ce qu’ils donnent à la société, qui sans eux, ne tient pas. Simplement, ils n’ont pas accès aux richesses qu’ils produisent. Non seulement ils n’y ont pas accès, mais, le plus souvent, ils n’ont pas conscience de la valeur indispensable de ce qu’ils produisent, entre autres parce qu’ils n’ont pas de vision d’ensemble du système de production, ni d’accès aux comptes de leur propre entreprise.
Qu’est-ce que la conscience politique « communiste » ?
Les travailleurs ne sont donc effectivement pas « spontanément » communistes. En fait, personne n’est « spontanément » communiste, et la classe ouvrière, même celle qui correspond à l’image d’Epinal, n’a jamais été communiste par « réflexe spontané ».
Car, pour être communistes, il ne suffit pas d’être « pauvre » ou plutôt prolétaire. Il faut aussi être conscient de sa place dans la société, et du fait que cette pauvreté est le résultat d’une exploitation, d’une spoliation. Et même si on a confusément cette conscience, il faut en acquérir une conscience politique, c’est a dire comprendre d’où cela vient et comment cela.peut être changé. Qui plus est, il faut acquérir la conviction que le renversement complet de l’ordre existant est préférable, ou est la seule voie réaliste pour améliorer son sort de travailleur.
Or, ceci n’a aucun sens sur un plan individuel. Si vous êtes seul à être communiste, à faire grève ou à tenter de renverser le capitalisme, cela n’a aucune chance de marcher. Au contraire, vous avez toutes les chances d’avoir les pires ennuis. C’est pourquoi la conscience politique résulte (bien sûr) d’une analyse politique, économique et historique du capitalisme (dont Marx et Engels ont posé les bases claires, mais qui doit être reformulée à chaque nouvelle étape historique) et néanmoins ne peut être qu’un phénomène social, collectif, organisé, se développant essentiellement sur un temps historique et à travers des expériences collectives.
C’est pourquoi le développement d’une conscience politique communiste, y compris chez les ouvriers, n’a rien d’automatique ni de spontané.
L’expérience historique montre qu’il existe toujours spontanément une fraction des travailleurs qui adhèrent à l’idéologie dominante, aujourd’hui le libéralisme, et une autre qui cherche à négocier, souvent par l’entremise de l’état réputé démocratique, une simple amélioration de ses conditions de vie. Lorsque le capitalisme semble stable et prospère, ces deux tendances sont politiquement dominantes.
L’exemple historique du Parti Communiste Français :
Considérons rapidement l’histoire du PCF : Celui-ci est créé en 1920, lors du congrès de la SFIO, sous l’impulsion politique d’une part de la 1ère guerre mondiale, une expérience politique terrible vécue par les masses et d’autre part de la révolution russe, qui remet au devant de la scène les idées communistes, reformulées par Lénine (et d’autres) pour la période en cours.
Ce congrès est en réalité celui du Parti Socialiste, qui s’est divisé suite à ces deux événements. C’est parce que les délégués acquis aux idées communistes y sont majoritaires, que ce congrès décide de changer le nom et l’idéologie du parti, de créer le Parti Communiste. C’est ainsi que « L’Humanité », journal fondé par Jean Jaurès est devenu l’organe central (c’est un peu plus compliqué aujourd’hui) du PCF.
Pourtant, même si la tendance communiste est majoritaire au congrès de Tours en 1920, face à la tendance social démocrate, pendant environ 15 ans, le PC va rester très minoritaire, non seulement sur un plan électoral, mais également dans le mouvement syndical. Ce n’est qu’au plus fort de la crise mondiale, lors des grèves de 36 puis dans la résistance, que le PCF devient progressivement la force prédominante à gauche, sans pour autant être hégémonique d’ailleurs.
On peut constater la traduction de cet historique dans les scores électoraux du PCF lors des différentes élections législatives par exemple. En 1932, le PCF recueille moins de 800 000 voix, 8,3 % et seulement 10 sièges de députés. On pourrait alors conclure que l’expérience du PCF va rapidement s’achever sur un échec et que les « communistes » ont perdu les ouvriers, qui restent très largement acquis aux idées social-démocrates.
Il n’en sera rien. Au contraire. 13 années plus tard, le PCF recueille plus de 5 millions de voix, jusqu’à 28 % et obtiendra en novembre 1946 182 sièges de députés.
Résultats du PCF aux élections législatives (référence Wikipédia)
Le reflux et ses racines économiques et sociales
Après la seconde guerre mondiale, sur la base de la reconstruction, de la fin des empires coloniaux et d’une relative unification économique et technique du monde capitaliste sous la direction américaine, celui-ci connait une longue période d’expansion, de développement et de modernisation.
Lorsque celle-ci commence à porter ses fruits, logiquement, les idées communistes régressent, les idées conservatrices et social-démocrates reprennent le dessus, soutenues puissamment par les institutions capitalistes, les états, les medias et une parties des « intellectuels »… Cela n’est pas une spécificité française, mais une tendance mondiale.
Le PCF s’affaiblit alors ET en même temps subissant la pression idéologique ambiante évolue vers la droite de manière plus ou moins consciente, avec une apogée avec l’arrivée de Robert Hue comme secrétaire national. Cela se traduit sur les plans idéologiques (abandon de la « dictature de prolétariat », du « centralisme démocratique »), organisationnels (rupture du lien « organique » entre le journal ‘L’Humanité’ et le PCF, abandon des « écoles de formation »), syndicaux (rupture du lien entre PCF et CGT) et programmatiques (notamment l’abandon de la notion générale de « nationalisation » au profit de « pôles publics ») …
La gauche « radicale »
La dynamique change à partir de 2008, première crise générale mondiale du capitalisme comparable à celle de 1929. Il est important de comprendre que, même si la France entre dans un ralentissement économique à partir de 1973, l’économie mondiale continue de progresser à un rythme soutenu jusqu’en 2008, s’appuyant notamment sur les pays émergents.
Et c’est tout aussi logiquement – à mon avis – que lorsque la crise mondiale frappe à nouveau le capitalisme (en 2008 au niveau mondial, pas avant), les premières réactions politiques soient d’abord l’émergence de forces social-démocrates « radicales », comme Syriza en Grèce, la FI en France, Corbyn en Angleterre ou Sanders aux USA.
En dépit de leur discours « radical », ces forces au-delà de leur diversité idéologique, appellent à un capitalisme « amélioré », plus démocratique, plus redistributif, plus écologique et plus keynesien.
En effet, le développement d’une conscience communiste nécessite à la fois une reformulation des idées dans le cadre de la période actuelle, et une série d’expériences politiques qui permettent de clarifier les enjeux des différentes options.
Une phase de dissonance cognitive
Il faudra tout un cycle d’expérience politique avant que les idées communistes, correctement reformulées, ne reprennent le dessus. On mesure, avec l’exemple de la Grèce, à quel point, même avec des politiques de régression sociales très violentes, même avec l’échec avéré de l’expérience de la gauche radicale « Syriza », ces évolutions dans les mentalités sont longues et difficiles.
Nous sortons d’une période où l’anti-communisme dans toutes ses formes a été inculqué très en profondeur. Je pourrais en citer des dizaines d’exemples, depuis le travail théorique de Marx et Engels sur le capitalisme, très occulté ou déformé, notamment dans les parcours scolaires et universitaires jusque, bien sûr les expériences socialistes du 20 ème siècle.
Il est frappant de constater que, malgré l’échec patent du « nouvel ordre mondial » impulsé par les USA après l’effondrement de l’Union Soviétique, il reste difficile de parler sereinement et objectivement de ce que fut l’expérience soviétique. Pourtant, quel est le bilan de ces 25 ans sans URSS ?
Nous devions avoir la paix universelle. Tous les problèmes géopolitique de la guerre froide allaient être résolus. Non seulement, l’OTAN n’a pas été dissous, mais, depuis la chute de l’URSS, les USA et leur alliance militaire principale n’ont cessé d’augmenter leur budgets militaires et de semer la guerre et le chaos. Il y eu la 1ère guerre d’Irak, l’éclatement forcé de la Yougoslavie et trois guerres (Croatie, Bosnie, Kosovo) s’en suivirent. Puis l’invasion de l’Afghanistan et la seconde guerre d’Irak. Aujourd’hui, la guerre fait rage de Tombouctou a Kaboul (voire au-delà) et de Bangui à l’Ukraine.
Nous devions avoir la prospérité générale. Il faut se souvenir qu’un des principaux arguments utilisé pour discréditer les pays socialistes était la vétusté de leurs automobiles. Si vous choisissiez le socialisme, on vous promettait des « Trabants », vieilles voitures est-allemandes peu confortables, si vous choisissiez le capitalisme, vous pouviez avoir des Mercédès, des BMW ou des Audi. Pourtant, le monde capitaliste a connu, environ quine ans après la chute de l’URSS sa pire crise économique depuis celle de 1929. Presque partout sauf en Chine, la pauvreté et misère sont en progression constante. Quant à la Chine, rappelons qu’ à l’époque, il était dit qu’avec Deng Xiaoping, elle avait déjà fait le choix du capitalisme et que l’effondrement du Parti Communiste n’était qu’une question de temps – on voit là aussi que cette prédiction était fausse.
Les marchés libérés et les privatisations allaient nous libérer des Etats. Nous n’aurions quasiment plus d’impôts à payer puisque l’ensemble des services publics privatisés seraient devenus prospères et tellement plus efficaces.
Enfin, on nous promettait une démocratie universelle. En guise de quoi, l’ensemble des systèmes politiques sont revenus au stade des années 30, gangréné par les « affaires », la corruption, la montée des nationalismes, le contrôle de plus en plus visible des grands intérets financiers sur les médias et la diffusion des idées.
En filigrane de tout cela, on dressait le portrait du communisme. L’Union Soviétique menaçait la paix et voulait « nous envahir » pour imposer son modèle. Les services publics nationalisés étaient inefficaces. Les fonds de pension seraient le système de retraite moderne qui allait remplacer notre vieille sécurité sociale. Les partis communistes, qui comptaient pourtant des millions de militants, entrainant autour d’eux un vaste mouvement social n’étaient que des simulacres…
Ce discours est en train de craquer. Nous sommes sur le point de réviser tout ce qui nous a été dit depuis 50 ans sur le communisme et le capitalisme. C’est ce pourquoi précisément cette question m’a été posée. Si la restauration globale du capitalisme depuis la fin de l’URSS avait été le succès annoncé, personne ne prendrait même la peine de poser la question, de discuter du communisme, … On ne se poserait d’ailleurs pas la question de savoir si les « pauvres votent PC », puisqu’il n’y aurait plus de pauvreté.
Il faut avoir milité dans ces années-là pour mesurer combien inconsciemment le rapport que nous avons collectivement avec le communisme a changé. Chaque jour ou presque apporte une nouvelle de l’échec du capitalisme. L’espoir dans un monde de paix et de prospérité s’est transformé en une sourde inquiétude.
Nous sommes dans la phase de la dissonance cognitive. Les informations que nous recevons ne sont plus compatibles avec les croyances que nous avons. Cela suscite une grande perplexité, des interrogations, mais à l’échelle historique, les grands événements n’ont pas encore eu lieu. Nous n’avons pas encore assez d’éléments pour, à une large échelle, reconsidérer ces croyances. Pas encore. Simplement pas encore.

lundi 7 août 2017

Macron, le début de la fin ?

vendredi 4 août 2017

OTAN: PIQÛRE DE RAPPEL!

L'OTAN, LES ANGLO SAXONS,CE QU'EN DISAIT DE GAULLE....

 ....ET LA MÉMOIRE DÉFAILLANTE DE NOS POLITICIENS, LES "EX GAULLISTES"  ET CEUX DE LA GAUCHE CAVIAR.


L'OTAN, MACHINE DE GUERRE AU SERVICE DU DANGEREUX BARJOT US, LES ANGLO-SAXONS,  QUI S'ACHARNENT A FAIRE DISPARAÎTRE NOTRE LANGUE, NOTRE CULTURE, - "SINCE" DES DÉCENNIES, COMME LE PROCLAME L'AFFICHE D'UN FESTIVAL DE JAZZ GERSOIS-,  AVEC LA COMPLICITÉ DES MÊMES POLITICIENS, PASSÉS ET ACTUELS: QUAND VONT-ILS ENFIN OUVRIR LES YEUX, LES MAL ÉLUS ET LES AUTRES, LES VALETS DES ANGLO-SAXONS?
ET QUE POURRA NOTRE  VALEUREUX MOUVEMENT DE LA PAIX, CONTRE CET ENGAGEMENT MORTIFÈRE DES "EUROPÉENS" AUX CÔTÉS DU GRAND FÊLÉ US?
 



jeudi 3 août 2017

L'ADA PARENTIS NOUS INFORME....

 Daniel Menes initialement annoncé au cartel de la novillada du Samedi 5 Août à Parentis en Born devant le lot de Monteviejo ne pourra être présent pour des raisons de santé. Il sera remplacé par Daniel GARCIA NAVARETTE originaire de Jaen qui a laissé une excellente impression devant les novillos de Raso de Portillo à Céret.

Le Président de l'ADA Feria: Serge Villetorte

jeudi 27 juillet 2017

SUS AU DIESEL!!!!!!!!!


Voici une très bonne analyse démontrant que nos politiques (et les verts) nous font du spectacle:
La paranoïa du DIESEL ne concerne
> > > que les automobiles !
Les Poids lourds, Autocars, Navires, sont exclus !
Juste pour situer le degré de paranoïa des plus virulents détracteurs du véhicule DIESEL, il faut leur révéler les données de l’'industrie maritime qui a démontré
> > > qu'’en considérant la taille des moteurs et la qualité du carburant utilisé,
les 5 plus gros navires-cargos du monde polluent autant que l’ensemble des 760 millions d’'automobiles de la planète.
Vous savez, ces  porte-conteneurs qui nous alimentent en produits que l’on fabriquait dans nos usines délocalisées,
> > > aujourd’hui,
> > > ils brûlent chacun 10.000 tonnes de carburant pour un aller et retour entre l’Asie et l’Europe.
Ces malheureux 15 navires font partie d’'une flottille de 3.500, auxquels il faut ajouter les 17.500 tankers qui composent l’ensemble des 100.000 navires qui
> > > sillonnent les mers.
Pour ne pas quitter le domaine maritime, rappelons que la flotte de plaisance française est d’environ 500.000 unités, dont 5.000 yachts de plus de 60 mètres,
> > > et que le plus moyen de ceux-ci brûle environ 900 litres de fuel en seulement une heure, alors que les 24 % de foyers français qui se chauffent au fioul ont du mal à remplir leur cuve pour l’hiver.
Pour continuer sur le chemin de la schizophrénie paranoïde, prenons en compte toute la flottille de pêche et les 4,7 millions de poids lourds en transit à
> > > travers la France,
Les milliers d’avions qui sillonnent le ciel et dont la consommation par passager et par km parcouru est 3 fois plus nocive pour le climat que l’'automobile.
Pour compléter cette petite fable, n’oublions pas l’indispensable domaine agricole où la consommation moyenne d’énergie est de 101 litres de fuel par hectare.
Mais pas d’affolement, Hulot va certainement sauver la planète en collant une nouvelle TAXE sur les seuls véhicules DIESEL .... et affaiblir un peu plus notre industrie automobile, ce qui augmentera le chômage dans la foulée.…
Comme vous le savez bien,
> > >
> > >  en payant une TAXE sur le gas-oil, celui-ci ne polluera plus … sauf si vous estimez qu’on vous prend vraiment pour des c...   !
Cela prouve également que les journaleux sont achetés par le pouvoir pour la boucler et nous laver les cerveaux. 
Salut à toutes et tous. Et comptez sur notre souverain Jupiter XXXL pour nous arranger çà!
            

mercredi 26 juillet 2017

"IL" VIENT DE SORTIR.......



Pour les amateurs de saines lectures, pour ceux qui veulent encore croire que tout n'est pas pourri, mais que tout - le meilleur- est encore possible, le journal "FAKIR" vient de sortir.
Dans tous les kiosques, FAKIR, 
le journal fâché avec tout le monde. Ou presque.


Dans ce numéro, comment, en Picardie, François Ruffin  et son équipe de copains  ont pris le taureau par les cornes pour stopper et inverser une déferlante qui paraissait irréversible: l'ascension du Fn.

lundi 24 juillet 2017

LE RÈGNE DES FRAUDEURS.


"Hauts-de-France: une vaste fraude aux prestations sociales stoppée" 

Il y a comme çà des jours où ce genre d'infos vous répugne! Vous révolte, même! La colère! Pourquoi ces gens-là, organisés en gangs mafieux, pillent les caisses de la CPAM, de L'URSSAF, des A.F, pendant qu'on nous emmerde, nous, les particuliers qui surveillons scrupuleusement nos remboursements, on nous empoisonne la vie pour quelques centimes d'euros que quelque employé zélé nous chipote, nous vole!! On nous oblige à prouver que c'est bien 156 km que nous avons effectué avec notre véhicule personnel pour nous rendre à l'ONCOPOLE, où nous étions convoqués, et non 151km, qu'un fonctionnaire anonyme prétend être la vraie distance. On sait, chacun sait, grâce à la presse, toujours à l'affût quotidien de sensationnel, que nos conquêtes sociales sont très souvent la proie de voleurs cupides, sans aucun scrupule. A coups de milliards dus, non payés, ou volés, notre sécu est rendue exsangue. Des groupes ambulanciers organisés, vrais ou faux, vrais gangsters, défraient la chronique, en dépeçant la Sécurité Sociale, par toutes sortes de crapuleries administratives qui échappent aux contrôles insuffisants de notre Sécu et autres allocs  que des patrons véreux  cloueraient bien au pilori. Avec l'aide et la complicité de nos Sarko, Hollande, et autre Macron. Qui ne se préoccupent que de "supprimer des fonctionnaires", contrôleurs pourtant indispensables pour chasser les fraudeurs, mais, selon la formule consacrée de nos ministres et autres politiciens dociles, il " faut se conformer aux directives européennes"..... Des particuliers organisés eux aussi en véritables gangs les imitent, ils prennent le relai, pour piller à qui mieux mieux l'argent distribué par un État généreux, dispendieux, au service des financiers "libéraux" de l'Europe et de l'OTAN, dans une société où seul compte le fric, peu importe les moyens de s'en procurer.

1% de super riches imposent leurs lois arrogantes, 99% les subissent, parmi eux, ils sont plusieurs millions de laissés pour compte à tenter de survivre, pendant que notre petit Jupiter déconnecté ne consacre sa démagogie qu'à favoriser l'émergence de nouveaux milliardaires. Nous vivons le règne des flambeurs! Et de ceux qui les imitent, dans la vie de tous les jours, sur la route, notamment, où les incivilités sont multiples, chacun de nous en est très souvent le témoin. Idem dans les relations de voisinage, quand des voisins ivres protégés par un maire dictateur se permettent de défoncer une clôture pour récupérer leur chien. Dans l'indifférence générale. Et tant d'autres exemples, qui me font craindre que le fascisme guette notre société, qui a perdu beaucoup de ses repères critiques et civiques, héritage de ses glorieuses racines républicaines.

Les start-ups, les loisirs dispendieux et polluants, les festivals de plus en plus nombreux et  envahissants, les actionnaires gavés de pognon pendant que les salariés sont jetés sur la carreau sans autre recours que la violence ou le suicide, sont le reflet de nos sociétés individualistes, ou la solidarité a laissé la place au "moi d'abord" et au désespoir. De temps en temps, on stoppe ici ou là une vaste fraude. Comme aujourd'hui dans le Nord. Hier à Marseille. A Paris.....Mais combien sont-ils ceux qui continuent de scier les piliers de notre édifice social, d'accomplir leurs dégâts irréversibles, à coups de milliards prélevés crapuleusement sur notre pot commun, si rien n'est fait sérieusement pour les mettre hors d'état de nuire?

Alors que, dans les Hautes Pyrénées, comme sans doute dans beaucoup d'autres modestes foyers de France, il faut sans cesse prouver et s'user à prouver que notre voiture a bien accompli 25 km, aller et retour, et non pas 23, comme on nous l'affirme, de la maison à la clinique Oncopole,  pour nous chipoter deux euros de remboursement.....



 

DESAFIO GANADERO EN LA MANCHA

Ajouter une légende


Défi d'éleveurs à Tarazona

dimanche 23 juillet 2017

DU RESPECT DES MORTS A LA MORT DU RESPECT?

Lettre à  Nimeño
Par Paul BOSC

Mon cher Nimeño,
Je me permets de te tutoyer même si dans la vie, pour les personnes que je respecte et admire, je préféré respecter le vouvoiement. Mais aujourd'hui cette familiarité est dictée par ce énième outrage que tu as subi. Après un jet l'acide qui a blessé un enfant, voilà qu'aujourd'hui, on te prend à témoin par une actrice de feuilleton américain pour dénoncer la corrida. 
 Pamela Anderson, la vedette de « Alerte à Malibu » était à Nîmes vendredi pour assister au concert de Christophe Maé. L'Alliance anti-corrida, de la très intelligente Claire Starosynski qui n'en rate pas une pour se faire remarquer et prouver son existence, n'ont rien trouver de mieux pour leur publicité que de faire poser l'actrice sous tes yeux, alanguie comme une péripatéticienne, une pancarte à la main dénonçant la torture animale. 
 La blonde américaine, que sa propre mère ne doit plus depuis longtemps reconnaître entre botox et chirurgie esthétique, ne doit plus avoir grand chose à faire dans sa vie professionnelle pour accepter de paraître dans ce genre de pub gratuite.
 Mon cher Christian n'as-tu pas eu envie de lui dire d'aller rejoindre son pays qui ne connaît pas grand chose aux courses de taureaux.  N'as-tu pas pensé, une seule seconde qu'elle ferait mieux d'aller se faire photographier près de la tombe de William Cody dit Buffalo Bill ou autre « matador » de bisons qui ont laissé blanchir les os de millions de ces bovins sauvages sans même les dépecer qui ont ensuite été transformés en colle, uniquement pour affamer les Amérindiens dont ils voulaient posséder leurs terres. Ne crois-tu pas que la dame blonde ferait mieux d'aller manifester auprès des dirigeants américains pour que plus jamais un illuminé massacre des étudiants dans une université parce que les armes sont en vente libre dans ce pays.
 Moi, ce qui me révolte, c'est que ton image soit salie par ces soi-disant défenseurs de la cause animale. Cette image va certainement faire le tour de la planète sans que l'on ait demandé ton avis. Alors que tu es là pour rappeler ton courage et les valeurs que la tauromachie a su éveiller dans ta vie, trop courte, trop cruelle. Dans ce monde, ces valeurs ont disparu. Un groupuscule nîmois et une dame blonde américaine n'ont même pas eu honte.

Paul BOSC
22/07/2017
Blog Vingt Passes

vendredi 21 juillet 2017


Chef d'Etat-Major des armées et billard à trois bandes

Publié le 20 Juillet 2017


Opération "rentrez dans le rang!",
j'ai dit "rentrez tous dans le rang !"
Chef d'Etat-Major des armées et billard à trois bandes
Touthenmakron l'avait annoncé, tous les hauts fonctionnaires dirigeants principaux des services administratifs économiques et régaliens du pays, polices et armées comprises seraient passés au scanner de la macronscopie.
Il y a là une tentative de putsch soft mais de putsch quand même pour installer non pas des serviteurs de l'Etat mais des commis du locataire de l'Elysée. les silences de la ministre chargée de représenter la "Grande Muette" en témoignent.
Ainsi donc le premier responsable des armées serait interdit de rendre compte à la représentation nationale qui verrait confisqué son droit constitutionnel d'entendre la façon dont il envisage le fonctionnement d'un secteur décisif de ce qui contribue à l'indépendance nationale ? Ce qui revient à supprimer le droit de contrôle du parlement sur la défense pour le réserver au premier paltoquet de service aux ambitions trumpissimes des marchés financiers et cela en violation complète de la constitution.
Ce n'est pas si souvent mais pour une fois, Canaille le rouge partage assez l'avis du P"c"F sur cette question qui est une question de fond.
"En poussant à la démission le général Pierre de Villiers, le Président de la République s'en prend en réalité au Parlement et à ses prérogatives. Ce qui est en cause n’est ni le fond ni la forme des propos tenus par l'ancien chef d’état-major des armées lors de son audition à huis clos devant la Commission de la Défense nationale de l’Assemblée mais le pouvoir des parlementaires de contrôler l’action de l'armée et le budget de la nation. Si la parole des militaires n'est plus totalement libre devant les représentants de la nation auxquels ils ont des comptes à rendre, cela signifie que notre pays, la République, est aux portes d'un changement de régime qui tourne le dos aux principes démocratiques qui sont les siens."
Avec la mise au pas du chef d'état major des armées, il fait coup double et la déclaration du P"c"F éclaire de façon la plus claire le but recherché par  le grand Pacha de l'ouestland de l'UE choisi pour cela parmi les vizirs du capital.
Mais même avec un fond juste, la syntaxe est douce au regard de la brutalité de l'attaque.
Vu ce que veulent dire les mots, La Canaille a bien peur que les appels à réagir ne sous tendent pas vers ce dont le propos à besoin alors que la journée pour la paix et le désarmement du 23 septembre pourrait être le moment d'imposer le débat national sur la nature de notre défense nationale et de son contrôle par la représentation nationale.
Nous sommes en présence d'une installation d'un pouvoir personnel autocratique jumelé avec la loi sur l'état d'urgence permanent en matière de muselage des libertés civiques et sociales et le rabotage à grands coups de varlope patronale de tout le droit social.
La responsabilité de ceux qui feignent d'ignorer les dangers ou qui les nient est totale. Celle de ceux qui mesurent mais ne construisent pas la riposte est de même niveau.
Cela renvoie à ce que Canaille le Rouge ne cesse de dire ici : si le hochet Le Pen était et est une marionnette fasciste réelle, ne pas voir que la main qui tire les ficelles du pantin est organisateur du fascisme : le fascisme est pour le capital la continuité de l'exercice de son rapport social d'exploitation dans des conditions où sa crise exige un état encore plus violent pour garantir sans contestation ses profits.  
Avec l'expérience de trois mois, erreurs ou pas ? 
La façon de jouer le "dégagisme", reprise des pratiques poujadistes communes à toutes les droites extrêmes,  la crétinerie abyssale des recruté(e)s sur ce profil pour faire la cour du monarque et voter ses lois permet au capital de s'offrir le moyen d'appliquer à la France les méthodes que subissent la Grèce, le Portugal, l'Espagne et tout peuple qui aurait des velléités de s'opposer aux maîtres du capital européen.
Rappeler au parlement dans sa configuration actuelle que son rôle est d'enregistrer sans discuter les décisions du château est une des facettes de cette construction fascisante.
Reste alors le besoin de qualifier clairement les choses, d'appeler un chat un chat  et d'appeler à combattre ce qui est la réalité de ce pouvoir.
Ceux qui ne voyaient comme fasciste que le f-haine et ont appelé à voter pour l'autre vont devoir admettre qu'il y avait deux formes de pouvoir autocratique foulant la démocratie au pied et que c'est le plus intelligent des deux, capable des mêmes brutalités, qui a remporté le match, gardant le premier comme repoussoir tant qu'il sera contraint d'en passer par les urnes pour se maintenir. Ensuite...Canaille le Rouge vous renvoie vers les manuels d'histoire qui vous présentent les évolutions et leurs conséquences.
Maintenant que proposent ceux qui nous ont conduit dans ce chaos ? Mais surtout, ne comptant que sur nos propres forces, que faire pour nous en extirper à abattre l'Hydre à tête brune qui se cache derrière l'homme au haut de forme ? 

Note de Pedrito: jusqu'où les dociles moutons du système social libéral droite/ps séduits par le petit Jupiter fascisant, vont-ils refuser de voir en face la réalité? Il est sans doute bien tard pour rêver de reconquérir dans la rue le pouvoir que les électeurs minoritaires ont confié au dangereux paltoquet dont la finance tire les ficelles........

jeudi 20 juillet 2017

JUSQU'OÚ POURRA SURFER LE LEPÉNISME ?


Le Temps de la colère,

par Chris Hedges

Chris Hedges est un journaliste américain, prix Politzer, dont les analyses sont reconnues en particulier pour le Moyen Orient. « Ce qu’on ne nous a jamais dit, c’est que le jeu était réglé d’avance. Nous étions toujours condamnés à perdre. Nos villes ont été désindustrialisées et se sont dégradées. Les salaires ont décliné. Notre classe ouvrière s’est appauvrie. La guerre sans fin est devenue, de façon cynique, une activité lucrative. Et la richesse du monde a été saisie par un petit groupe d’oligarques mondiaux. Les kleptocraties, comme celle actuellement installée à Washington, ont volé les gens de façon éhontée. L’idéalisme démocratique est devenu une plaisanterie. Nous ne sommes reliés les uns aux autres, comme l’écrit Mishra, que « par le commerce et la technologie », forces qu’Hanna Arendt a appelées « la solidarité négative ». Il faudrait compléter cette analyse par la manière dont l’idée révolutionnaire, le communisme a été vidé de sa substance en suivant partout les illusions social démocrates et le mensonge éhonté de leur promesse face à la réalité de leur alignement. Et cela n’est pas fini, qui ne voit pas que l’enjeu du prochain congrès du PCF c’est de faire accepter aux militants une force raisonnable, gestionnaire  qui pourtant génère partout l’extrême-droite (note de danielle Bleitrach, titre de Pedrito)

MODESTE EMMANUEL MACRON PREMIER

mardi 18 juillet 2017

MACRON A BIEN CHOISI SES AMIS POLITIQUES


Edouard Philippe, impliqué dans le pillage de l’uranium du Niger par Areva et dans un conflit d’intérêt

Où l’on voit à quel point la République en marche ce n’est pas la simple victoire des « start-up », mais bien le capital prédateur à l’échelle de la planète. Voici un article qui émane de l’observatoire du nucléaire (note de Danielle Bleitrach)

Edouard Philippe, impliqué dans le pillage de l’uranium du Niger par Areva…
… et dans un conflit d’intérêt en tant que maire du Havre au profit de son ancien employeur Areva
http://www.observatoire-du-nucleaire.org/spip.php?article330
JPEG - 123 ko
.
L’Observatoire du nucléaire dénonce la nomination au poste de premier ministre de M. Edouard Philippe qui n’est en rien le personnage « modéré » que la communication macronienne tente de mettre en scène. Bien au contraire, M. Philippe a les mains très sales, ou plutôt… radioactives. En effet, lorsqu’il travaillait pour la multinationale atomique Areva, il a participé à de sombres manœuvres dans les coulisses uranifères de la Françafrique.
.
En octobre 2007, Edouard Philippe est nommé directeur de la communication et directeur des affaires publiques d’Areva. Son activité principale est alors de s’assurer de la collaboration de parlementaires acquis au lobby de l’atome. Il est ainsi en contact rapprochés avec Marc Vampa, député de l’Eure et président du groupe d’amitié France-Niger à l’Assemblée Nationale (*).
.
C’est précisément pendant cette période, le 13 janvier 2008, qu’un accord est signé entre Areva et le pouvoir du Niger concernant l’exploitation de l’uranium, accord immédiatement contesté par le Mouvement des Nigériens pour la justice, mouvement touareg en rébellion contre le pouvoir central de Niamey (**).
.
En effet, les maigres revenus de l’uranium, largement sous payé depuis des décennies par Areva, ne bénéficient en rien à la population, et encore moins aux Touaregs, alors que les mines d’uranium sont situées dans leurs zones traditionnelles de vie.
.
Il est donc logique de considérer que les manoeuvres en coulisse de M Philippe ne sont pas étrangères aux graves troubles qui ont eu lieu par la suite dans la zone sahélienne (Niger/Mali) et dans le fait que, poussés par la misère, des groupes Touaregs aient fini par s’allier à des mouvements djihadistes.
.
Mais, surtout, il est légitime de se demander pour qui agit M Philippe lorsqu’il est en charge des affaires publiques, que ce soit auparavant comme maire du Havre et désormais comme premier ministre.
.
Une première réponse est apportée par le fait que, à peine assis dans le fauteuil de maire du Havre (aimablement offert par son prédécesseur qui a démissionné en cours de mandat !), Edouard Philippe a offert un pont d’or… à son ancien employeur Areva, pour qu’il installe deux usines d’éoliennes off-shore, projet finalement abandonné piteusement en septembre 2016 : il serait intéressant d’enquêter pour voir ce que la sympathie d’Edouard Philippe pour Areva a finalement coûté aux citoyens-contribuables…
.
On notera d’ailleurs que, de 2007 à 2010, M. Philippe a cumulé sans état d’âme son poste chez Areva et son mandat d’adjoint au maire du Havre mais, aussi, que la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) lui a infligé un blâme pour avoir refusé de fournir des informations sur sa déclaration de patrimoine de 2014, pourtant exigées par la loi.
.
(*) cf Charlie Hebdo, 29 avril 2009
(**) cf AFP, 17 janvier 2008

présidentielle- bilan

Publié le 17 Juillet 2017

Deux mois plus tard 
présidentielle- bilan
En gros, nombre de ceux qui pour chasser l'une ont voté pour l'autre ont refusé de voir qu'ils ont choisi  une des deux facettes d'un même projet, celui du capital financier dans sa phase ultime de laminage des libertés.
Pour ne pas le reconnaître la part de ceux qui ont voté Macron sont maintenant prêts aux pires contorsions qui vont les amener à se vautrer dans la bauge où pataugent les deux ex challengers et leurs troupes.
Comment vont-ils justifier l'assassinat des communes engagé avec le garrotage de leurs moyens financiers ? 
Une fois encore, (re) lisez donc Gramsci et Dimitrov, j'y ajouterai l'étude de Togliatti sur le fascisme italien.(édition de la nouvelle critique)
Rédigé par Canaille Lerouge

jeudi 29 juin 2017


Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Monsieur véto, pardon Monsieur ordonnances, avait promis une femme à la présidence de l'Assemblée nationale. Finalement, il a opté pour un vieux cheval de la politique politicienne, un mâle de surcroit.
De la vieille politique politicienne au perchoir de l'Assemblée nationale
François de Rugy a donc été élu président de l'Assemblée nationale par les députés macronistes y compris par les 49% de femmes composant ce groupe. Comme quoi en politique politicienne, chassez le naturel, il revient au galop.
François de Rugy, ex-patron de l'ex-groupe écolo lors de la dernière législature, avait tout entrepris pour être ministre de François Hollande. En vain, malgré reniements, courbettes et simagrées.
Et puis le vent tournant, comme beaucoup d'autres hors sol de la politique politicienne, il fut candidat macroniste. Un siège de député valait bien une messe.
Rectification: en fin de compte, François de Rugy, lorsqu'il débuta sa carrière politicienne, ne fut pas loin de là partisan de combattre le capitalisme, mais de l'humaniser avec une plus belle nature et de jolis zoiseaux gazouillant dedans. Cela tombe bien, le voilà sur le perchoir du palais Bourbon pour faire voter une politique des plus réactionnaires.
Dans le même temps, il va occuper l'hôtel de Lassay mitoyen du palais Bourbon. Ce n'est pas un hôtel de bas étage, mais un palais de l'Ancien régime. Cela tombe aussi pile poil. François Goullet de Rugy descend d'une famille lorraine anoblie en 1765. La dite famille fut admise en 1945 au sein de l'Association d'entraide de la noblesse française qui a pour objet l’entraide matérielle et morale entre ses membre.
Et le blason familial qui va avec: "D’azur au lion d’or rampant contre une fontaine d’argent."
Allez, ah ça ira, ça ira, ça ira... Ben oui, ça va pour monsieur François Goullet de Rugy. Non? Il devient le 3e personnage de l'Etat après Macronléon Bonaparte. Pour faire de la vieille politique.
D'ou peut-être cet autre blason qui pourrait s'accrocher à la porte de l'hôtel de Lassay:
De la vieille politique politicienne au perchoir de l'Assemblée nationale

mercredi 28 juin 2017

RUFFIN, L'ÉPINE QUI DEVRAIT TITILLER LES GODILLOTS DE TOUTANMAKRON

Rencontre hier à la bourse du travail à Paris organisée par le journal Fakir et le SNJ-CGT. La France insoumise (François Ruffin) et le PCF (André Chassaigne) regonflés : « Des ordonnances, oui, mais, contre la finance ! » Magali Bragard
Rencontre hier à la bourse du travail à Paris organisée par le journal Fakir et le SNJ-CGT. La France insoumise (François Ruffin) et le PCF (André Chassaigne) regonflés.
De la rue à l’Hémicycle, les députés PCF et FI, qui devraient mener des batailles communes grâce à un « comité de liaison », ont fait leur rentrée hier. Une résistance à Macron.

lundi 26 juin 2017

LES GODILLOTS DE L'EMPEREUR 17%


Publié par Le Mantois et Partout ailleurs
Blog de Roger Colombier 

Ils vont siéger dès le 27 juin dans cette nouvelle législature. Rien de bon à attendre des macronistes, des socialistes qui vont s'aboucher avec eux, de la droite et de son extrême, plus une poignée classée divers.
Le Monde a scruté niveau de leurs études, activités professionnelles, participations financières, engagements associatifs, parcours militants et mandats électifs. M'en voudrez-vous beaucoup si je vous dit qu'aucun ouvrier n'est représentant de la nation?
Pour en revenir à l'enquête du journal: une centaine soit disant vierge en politique a occupé  un poste proche du pouvoir politique dans des ministères, des collectivités locales ou auprès d’élus, et une trentaine a un membre de sa famille engagé en politique. On est loin de l'entrée en masse de la société civile à l'Assemblée nationale.
Un quart des députés a été réélu. 270 sont élus municipaux, 78 départementaux, 64 régionaux, 1 est sénateur, 4 sont eurodéputés.
Pour faire de la vieille politique, il faut des jeunes partisans de la vieille politique. La nouvelle Assemblée nationale en est l'exemple frappant.
Les 308 députés aux semelles de plomb de Macronléon Bonaparte se sont réunis en séminaire de travail. Richard Ferrand, débarqué du gouvernement pour du business le concernant trop en Bretagne, auto-désigné grand sachem des députés de la majorité présidentielle, a été proclamé à ce poste. Au cas ou cela chaufferait sous son fauteuil de député, il aurait droit à l'immunité parlementaire. Oui, toujours de la politique politicienne sous les ors de la 5e République.
En tous les cas, les 308 députés godillots sont fin prêts pour fusiller à bout portant le Code du travail et d'autres droits conquis par les luttes ouvrières. Il est vrai qu'en matière de subordination dans le travail, la grande majorité d'entre eux sont patrons ou gérants d'entreprise, dans les professions libérales, cadres supérieurs ou politiciens. De ce fait, pas la peine de se fatiguer à leur démontrer que le droit du travail est à défendre.
Le quarteron restant des députés socialistes s'est aussi réuni en conclave. Ils se disent hors de la majorité présidentielle, tant il est vrai que beaucoup de socialistes sont déjà au gouvernement de notre mauvaise république et dans la majorité godillot.
A mes lecteurs présents et à venir: je vais prendre mes quartiers d'été et donc mon blog jouera quelque peu en sourdine. Sauf si l'actualité m'ordonne l'inverse.
Pour ceux qui pourront partir en vacances, bonnes vacances. Pour ces derniers et ceux qui ne le pourront pas, n'oubliez pas que votre coeur est à gauche, au propre comme au figuré et vraiment à gauche. Et surtout pas du bord des sociaux-traitres. C'est ainsi que se désignait autrefois le PS qui exécutait une politique de droite. Les temps ont-ils changé?
En attendant, à toutes et à tous, portez-vous bien. Et une première carte postale pour cet été:
Qui sont ces 577 députés dont la grande majorité va voter une politique des plus réactionnaires?

dimanche 25 juin 2017

AVEC LA CFDT, LE PEUPLE TRAVAILLEUR "EN MARCHE'"

une info

Publié le 25 Juin 2017
publiée par le Figaro
Résultat de recherche d'images pour "cfdt et indépendance"
Si 48% des sympathisants CFDT ont voté pour Emmanuel Macron au 1er tour de la présidentielle ,49% ont voté pour un candidat LREM au 1er tour des législatives

mercredi 14 juin 2017

LA DÉMOCRATIE MORIBONDE(1)




Ce n'est plus un dérapage

Publié le 13 Juin 2017

Comment oser dire cela ?
Résultat de recherche d'images pour "trahison"
" A titre strictement personnel les 3 élus communistes et républicains d'Evry ont décidé d'apporter leur soutien à la candidature de Manuel Valls au deuxième tour. "Opposés à la politique libérale du précédent et actuel gouvernement nous pensons néanmoins que Dimanche voter pour Manuel Valls c'est la garantie d'avoir un député sérieux et efficace pour les habitants de notre circonscription".
Quand il ne reste plus que ça ...  
On hésite entre mépris et envie de....
Canaille ! on se calme !
Surtout quand on sait qu'un des trois fut cheminot exerçant des responsabilités syndicales.
Un chose est sûre ce n'est pas lui qui a défendu le mieux le triage de Juvisy.
Profondeur de l'argumentation des gourmands du strapontin , cela vaut le coup. 
 Nous ne partageons pas le programme libéral proposé par E Macron.
Mais en tant que Maire, en tant que député Manuel Valls a toujours montré son sérieux et sa compétence qu'il a mis au service des habitants de notre ville et de notre circonscription. Il a toujours été très respectueux du travail des élus communistes dans notre ville et n'a jamais porté la moindre insulte aux communistes, à leurs élus, à notre secrétaire national...
Pas certain avec ce monument de bassesse qu'il se présente à sa prochaine réunion de son syndicat de retraité...s'il est toujours syndiqué


(1) Note de Pedrito:
La faute aux autres? Ce serait trop facile, certains militants de gauche, par leurs comportements indignes, ont perdu la boussole, comment les citoyens pourraient-ils eux-mêmes se retrouver dans cette foire à la lutte des places?

Comment s'étonner que, compte tenu des 51,3 % d'abstentions, ajoutés aux non inscrits de plus en plus nombreux, -au moins 4 ou 5 % de Français,- on parvienne au score faramineux de 44% de Français qui se sont déplacés? 
Partout, au détour d'un échange, d'une discussion impromptue, on ne rencontre que citoyens écœurés, désabusés, découragés. Restent les suceurs bêlants des petits chefaillons des partis, et qui espèrent toujours une place, un coup de piston, pour la fille ou l'épouse, certes des "militants" couchés de moins en moins nombreux à croire au miracle, malgré leur servilité qui confine pour certains à la prostitution.
Macron représente environ 17% des Français, et ses candidats sélectionnés par le nouveau messie de la finance, parce que jeunes et novices, bobos politiquement incultes,  qui s'apprêtent à constituer une chambre introuvable, vont donc représenter 15% des Français!
Une catastrophe au pays des lumières et de la Révolution !!
Pas de quoi pour ces mal élus crier victoire: le réveil sera douloureux!
Elle n'est pas malade, notre démocratie, elles est moribonde. 
Le grand foutoir!!!! 
Comment s'en relèvera-t-on, si ce n'est dans la rue?
Toujours pas par les urnes: la preuve par cette descente aux enfers de la démagogie! 

vendredi 9 juin 2017

L'INFO QUE PAR NATURE LE LARBIN PUJADAS IGNORAIT






Front Syndical de Classe
Attelés à assurer la promotion de la CFDT pour mieux tenir en laisse les salariés "nos grands" médias se gardent bien de diffuser ce genre de nouvelles :

la CGT-RTM redevient la 1ère organisation syndicale
Les élections professionnelles du 30 mai dans le réseau de transports urbains de la métropole de Marseille viennent de se dérouler.
Avec une représentativité de 41,42% dans l’entreprise, la CGT redevient la 1èreorganisation syndicale en prenant 9 points (32,43% par rapport au précédent exercice).
La CFDT passe 2ème organisation de 36,6% à 29,64% et perd 7 points.

Les salariés avec un taux de participation de 76% à ces élections professionnelles ont manifesté leur confiance au travail accompli par les élus mandatés et militants de la cgt durant ces 3 dernières années.
Alors que les médias ne cessent de marteler que la CGT est en perte de vitesse, cet exemple démontre que le syndicalisme de lutte prônée par la CGT répond aux aspirations des salariés.