vendredi 12 août 2011

VALDELLAN: ¡ UN NOMBRE, UNA BANDERA TAURINA VERDADERA !

VALDELLAN ET PARENTIS: INDISSOCIABLES, COMME UN SYMBOLE.






Décidément, si PARENTIS n'existait pas, nous serions, nous, les aficionados, bien malheureux. Mais grâce à la foi, au gnac, "a la pureza aficionada" de l'ADA et de tous ses membres, nous avons vécu jusqu'à la dernière minute de cette feria des moments rares d'intensité, comme chaque année, peut-être plus encore aujourd'hui, quoique tout cela soit bien subjectif, et dans le fond sans grande importance. L'essentiel, c'est que nous venions pour voir des toros, des bêtes de belle présentation, de casta y poder, et pendant ces deux jours nous avons été comblés. Et cette novillada de clôture ne pouvait pas mieux conclure ce pari de l'ADA d'offrir aux aficionados une autre image que la corrida cirque à la mode pour figuras injustement idôlatrées, dans des ruedos où se trainent des bédigues pitoyables, en présence de spectateurs bicolorés pour mieux se fondre dans un communautarisme de façade seulement sensible aux paillettes et au clinquant d'une lidia absente ou en perdition.




MERCI A L'ADA!!!




Les toros d'abord. Tous bien présentés, estampes de toros, caste et bravoure, plus la noblesse, les oreilles prêtes à tomber. Le deuxième et le troisième mansos, mais encastés.





Vingt piques: VINGT !!!Pas toujours bien poussées, certes, - seul, le premier a refusé le fer- parfois en se faisant prier, en quittant seul le cheval, mais qu' on est loin des 6 piquettes en vigueur dans beaucoup de ruedos! Sans oublier que la plupart des varas sont administrées souvent dans les règles- INTERDITES !- en vigueur dans la profession: dans le dos, dans l'épaule, il faut tout de même manifester pas mal de caste et bravoure pour revenir trois fois de suite à de tels châtiments. Le second, manso et blando, aussi s'est fait un peu prier avant de recevoir sa ration dans l'épaule. Le troisième a pris quatre rations en se défendant plus qu'en poussant, le quatrième mit du gaz à la première lance, les deux autres sans violence, le cinquième a pris deux rations bien pompées et carioquées, la troisième sans parvenir à quitter le peto, le sixième novillo, - quatre charges au total -piqué dans l'épaule, secoua le piquero en cherchant à atteindre la tête du cheval. Tous garderont "boca cerrada hasta la muerte".




Los chavales.




David MARTIN a passé un sale quart d'heure. Premier cite de face à 5 mètres. Dévoré par son premier novillo, il donne des passes en reculant chaque fois d'un pas. Tente de conclure part un quart d'épée, évidemment insuffisant, et c'est là que çà se gâte. Premier avis. Un pinchazo. Une entière, mais le novillo ne veut pas mourir. Il fallait reprendre l'épée, alors que le garçon s'entête et jette ses derniers moyens dans une puntilla qui ne viendra jamais. 17 descabellos, comptera mon voisin. Sonne le fatal troisième avis. Le novillo doit être puntillé sur place. Depuis le callejon, un peon s'y reprend à 7 fois, avant que l'encasté ne tombe; la bronca est forte, le public salue la dépouille du novillo, non pas sa bravoure, mais le long combat qu'il a mené debout, contre la mort. C'est la cuadrilla tout entière qui est responsable de l'erreur du novillero. Les sages conseils ont fait, hélas bien défaut, comme très souvent dans ces moments de déroute. Pour son second opposant, noble, supérieur d'allant et d'embestida, qui répétait avec douceur, et sans se faire prier, El DANI servira une faenita avec pico abusif, conclue d'un tiers d'épée. Avis.








J. Manuel JIMENEZ fera aussi montre d'un dominio, mais çà n'est pas le sien, auquel nous assisterons, mais au dominio exclusif du novillo . Le garçon enchaîne quelques muletazos sans lien, pas de "prêt à toréer" d'école taurine, mais du raccommodé inconsistant, sans transmission, conclu par une épée tombée. Avec son second, il use jusqu'à l'abus du pico trompeur dans des séries de redondos, quelques essais avec la gauche, avant de conclure sa faenita sans plus de relief que la première. Avis.





Sergio BLANCO, entrevu quelques jours plus tôt à CÉRET, ne semble pas avoir progressé d'un pouce, dans la résolution des équations qui lui paraissent trop ardues pour lui. Hormis une seule naturelle pour laquelle il a chargé la suerte, face à son novillo manso mais encasté, la faena est restée profilée sur les deux côtés. Et en musique, s'il vous plait! Caida trasera comme d'autres, nombreuses. Et nullité du zozo cramponné à son palco, qui a ordonné le tintamarre injustifié de la banda musicale pour une faenita profilée merdique, parce que d'un groupe de buveurs qui campe face à lui avec verres et bouteilles, et qui apprécie la lidia comme sa première chaussette, est sorti un tonitruant "MUSICA". Quel dommage d'être obligé de faire les frais de tant d'incompétences rassemblées en un seul bipède arrogant et prétentieux. Musique, oui, seulement quand elle se mérite.





Brrut é ferraillo, nanni ! Pitié pour nos oreilles, pour le travail en piste, et pour une lidia qui perd son intérêt dès les premières notes assourdissantes. Cerise sur le gâteau, cadeau empoisonné de tanguy: oreille accordée pour deux cents mouchoirs et autant de gueulards. Oreille d'un incapable qui "s'en" croit. Comment se fait-il que ces sommités se retrouvent partout, accrochées aux palcos comme des morpions accrochées....à quoi, déjà?





Face à son second novillo, le plus haut du lot, BLANCO se croise un peu, se découvre, puis se fait accrocher. Quelques coups de torchon de mauvais goût avec le drap rouge, passes aidées pour camoufler les carences, un mete y saca qu'arrache la muleta abandonnée à chaque essai: il y en aura 5, avant le golletazo final. Ce toro, comme ses frères, méritait une lidia de dominio, BLANCO est encore trop pâle.





Ovation au mayoral, Raùl CONDE, arènes debout. ¡ Enhorabuena a la ganaderia VALDELLAN, un nombre que hace honor a la bandera taurina!





Merci!




MERCI!




MUCHISIMAS GRACIAS A L'ADA PARENTIS !





Les photos vont suivre, ainsi qu'une reseña de Juan Antonio FERNANDEZ SANCHEZ, pour le plaisir, pour l'honneur qu'il nous a fait, pour sa gentillesse, son aficion immense.





La reseña de son blog "EL CHOFRE". Bientôt sur cette page.

3 commentaires:

Juan Antonio a dit…

Maestro Pedrito lo ha bordado usted.
Un placer leerle y un abrazo en la distancia.

Pocho Paccini Bustos a dit…

Que admiración siente un aficionado peruano por la puridad con la que sienten la fiesta los aficionados franceses de Parentis.
Toni, por cierto otro pedazo de aficionado con letras mayusculas.

pedrito a dit…

Gracias a usted, Pocho Paccini Bustos, y gracias a todos los aficionados por su visita a este blogue. Es un honor para mi recibir elogios y alientos de personas lejanas o vecinas que comparten esa pasion como no hay otra, que somos orgullosos defenderla.
Y Claro que TONI - JUAN ANTONIO -que conozco solo después de poco tiempo, es un pedazo de aficion,un aficionado de verdad, y una persona muy amable, con quièn hé empezado una fuerta amistad, y que tienes ahora en mi pais galo muchos amigos.
Saludos, abrazos.