jeudi 17 janvier 2013

LES TRICHEURS TRIOMPHENT, LES GOGOS APPLAUDISSENT

Sobre la tan loada tarde de Manizales




"Bien, adjunto algunas fotos de lo sucedido en Manizales. Alguien cercano a la plaza contó que un español  está detrás de la manipulación en las astas de los toritos, que llegaron en puntas como puede verse en la foto "día de la llegada". La corrida iba a salir así pero....
He buscado fotos pero no he hallado nada más que estas que adjunto, que son de un aficionado . Quisiera que investigaran más a fondo. Por favor también reserven mi nombre, por desgracia los que detentan el poder taurino en Colombia no están acostumbrados a las voces disonantes; curiosamente ni siquiera ellos mismos pueden contra las figuras, en cierto sentido, si pudieran también presindir de ellas, lo harían sin duda. Si publican estas fotos, sería bueno que aclararan además que el autor de las fotos no tiene nada que ver con la denuncia, apenas se toma su material. En la foto día de llegada sale el toro número 250 en segundo lugar de arriba a abajo. Luce sus astas íntegras. Luego, se toma detalles de cómo quedaron sus pitones tras la manipulación. También el albardado, del que hay una toma cenital que da cuenta de lo cubero que quedó. Por favor investiguen, ya estamos aburridos de tanto fraude bajo el chantaje "la figura es quien llena la plaza". Gracias


3 comentarios:

  1. Sin duda alguna es un verdadero escándalo (como decía el titulo de la canción de Raphael) Escándalo! La tauromaquia es un expectaculo totalmente reglamentado, ¿porque no se aplica con rigurosidad esa reglamentación?

    Enhorabuena por la entrada.

    Un saludo
    Responder
  2. Es vergonzoso... se les debería caer la cara al suelo tanto al ganadero, como a los toreros, como al empresario... a TODOS.
    Responder

  3. Mas que un indulto en Manizales se le dio un infame bajonazo a la fiesta de los toros.

     TOROS EN AMÉRICAS: 
    TRAMPAS Y MEDIOCRIDAD!
    (Sur la fameuse tarde de MANIZALES)

    Voici encore un élément sur l'état lamentable de la corrida colombienne, ou plutôt ce qu'il en reste, et nos "figuras" européennes, le juli, castella, et d'autres, n'éprouvent aucune honte à "triompher" devant ces pseudos toros, ces perri-toros, ces chiens de cirque apprivoisés, ces agneaux inoffensifs, minables partenaires des minables "maestros" dans leurs interminables ballets baptisées "faenas" - de la fiesta cirque -, même si une malencontreuse voltereta subie par le biterrois a pu faire illusion, le temps qu'il rajuste sa cravate. Rappelons que ce jour-là, la julie a indulté une chèvre dont il avait quelques heures auparavant fait scier les cornes.
    Regardez, examinez ces terrifiantes "armures", qui ont été sciées, limées, râpées, arrondies, par la petite maffia de margoulins aux ordres de la grande confrérie du mundillo qui organise la tricherie, les magouilles, les pires saloperies, celles qui depuis des lustres vident les tendidos de leurs aficionados et précipitent le déclin de la fiesta brava. Incapables de réaliser qu'ils sont en train de scier la branche sur laquelle est assise leur soif insatiable de lucre, ces ignares ne comprendront jamais qu'approche l'heure où ils vont se casser la gueule.
    Sans que les droits de retransmission des pseudos corridas par les chaines de télé puissent changer le cour des choses.

    Ces pratiques sont interdites, elles sont le déshonneur de la fiesta brava, elles sont l'illustration de la complicité qui lie les uns aux autres les acteurs de ce petit monde pourri: toreros, apoderados et éleveurs à leurs ordres, empresas, tous préoccupés uniquement par le fric, qu'il vienne de la poche des spectateurs gogos, des subventions publiques, de la tva à 5% mais que l'aficionado acquitte toujours à 19,6%....Ceux qui sont autorisés à squatter les callejons se taisent et tentent de faire taire les tendidos, pour mériter le droit d'être là, grâce à un ami de l'organisation, leur présence derrière la talenquère leur renvoie cette image de privilégiés dont raffolent les m'as-tu-vu, alors que bien souvent leur aficion ne se résume qu'à une seule règle, dans une arène: d'applaudir le moindre non évènement et agiter un mouchoir alors qu'il faudrait justement au pire, rester de marbre, au mieux, siffler les tricheurs. Même certains fieffés crétins de placiers veulent parfois nous imposer silence, - n'est-ce pas, Michel?- alors que leurs connaissances de la lidia et de la corrida est restée accrochée au porte manteau du bureau de la région administrative et politique où ils sont employés: avec leur carte en poche, aux couleurs de leur petit patron, on les a priés de rendre service en filtrant les entrées, et ils s'autorisent de faire taire  ceux qui, non seulement passent à la taquilla, et payent cash à chaque tarde, mais en plus ont l'outrecuidance de critiquer ce qui doit l'être.

    Voici donc quelques clichés qui donnent une idée de la dégénérescence de la corrida aux Amériques, la même ou pire que celle que nous combattons en Europe taurine. Il y a peu, un ami Gardois au demeurant sympathique comme il y en a peu, - je suis régulièrement invité dans son mas de Sommières-  me reprochait gentiment,  que nous, aficionados opposés à la corrida "moderne", nous sommes TROP exigeants sur le plan de l'intégrité de la corrida. Comme s'il fallait fermer les yeux sur les actes crapuleux dont se rend coupable le mundillo, pardonner ses méprisables tricheries et saloperies en tout genre,  comme s'il fallait regarder et laisser faire, sans réagir, face à l'hémorragie irréversible qui touche les publics d'aficionados, écoeurés par les magouilles qu'ils refusent de cautionner, préférant pour cela tourner définitivement le dos à leur passion. Les spectateurs encore trop nombreux tels que lui persistent à tolérer l'inacceptable comportement des Casas de ce monde et de leurs semblables., Ils continuent de penser que la fiesta  se résume à quelques bonnes heures de convivialité passées entre amis fêtards, sourds, borgnes, ou aveugles, mais "amateurs d'art", sans réaction aucune devant l'évolution scandaleuse de cette corrida moderne dont ils ne devinent même pas les limites à ne pas la laisser franchir, pour qu'elle puisse conserver sa légitimité.... Les voyous  qui en vivent grassement et sans aucune honte sur le plan de l'éthique et de l'authenticité peuvent se frotter les mains: les bêlements des gogos friands de "faenas" de merde à 100 passes avec des toutous sur roulettes ne sont pas prêts d'arrêter leurs trafics maffieux, et le scandale des corridas truquées devrait encore durer quelques temps.
    Il n'est pire sourd que celui qui....etc...etc...
    Voici en tout cas résumé le cri d'alarme - un de plus - de cet aficionado du continent sud-américain, après le lamentable spectacle dont ont ont été témoins les colombiens présents aux arènes de MANIZALES, qui a vu nos figuritas européennes se pavaner devant des bovidés n'ayant des toros que l'apparence trompeuse:

    " Voici quelques photos de ce qui vient de se passer dans le ruedo de MANIZALES, qui m'ont été données par un témoin qui a assisté à la corrida. Je vous demande de ne pas citer mon nom, car ceux qui règnent sur la corrida en COLOMBIE ne supportent pas les avis discordants. Le torero espagnol - le juli, - ndlr,- est vraiment au-dessous de tout, de s'être présenté devant de tels animaux dont les armures étaient absentes- Le problème, c'est que ce sont les toreros qui dictent leur loi aux éleveurs  qui n'osent même pas protester, s'ils en avaient la possibilité, ils n'accepteraient pas que l'on mutile ainsi les animaux qu'ils ont élevés. Également, surtout, que celui qui m'a offert ces photos ne soit pas ennuyé, il n'a rien à voir avec ma démarche. Sur la photo prise le jour de l'arrivée du lot de toros, on voit les cornes intactes du numéro 250, second cliché en partant du haut. Ensuite, sur une autre photo prise plus tard, on voit nettement les détails de la mutilation qui lui a été infligée. Pour ce qui concerne le toro "albardado" -dont le dos est de couleur plus claire,- on distingue aussi nettement comme il a été afeité grossièrement.
    S'il vous plait: dénoncez ces pratiques honteuses qui ne provoquent qu'écoeurement: il nous est interdit de protester, sous le prétexte honteux que ce sont les figuras qui remplissent l'arène.
    Merci."

    Que dire de plus? Si ce n'est à ceux qui, chez nous, et plus particulièrement parmi ceux qui ont encore quelques doutes sur la crapulerie de ces figuritas et de leurs complices: Comment et quand comprendront-ils que les petits milliardaires apprentis sorciers qu'ils continuent d'aduler font certainement à la corrida plus de mal  encore que les antis? Quand je lis sur ma boite le mail que m'envoie le taure roge, de Béziers, où il me traite de sectaire parce que je récuse cette tauromachie moderne, qu'elle soit juliesque, tomasienne, ou castellienne, qui consiste à faire tourner en bourrique des bestioles mutilées et droguées, çà commence à bien faire! Sectaire? Laissez nous rire! Ni traitre, comme le clown embourgeoisé Gayssot, ni sectaire, simplement lucide, ce que vous refusez d'être, anesthésiés par le ballet trompeur des tricheurs collés aux animaux qu'ils ont CHOISIS ou IMPOSÉS, le scandale que vous vous refusez d'admettre.
    Les aficionados colombiens, péruviens, sont sous l'étouffoir de la dictature du mundillo! Soit ! Mais les Français, qui approuvent ou se taisent: qu'attendent-ils pour ouvrir les yeux, et nous venir en aide pour exiger une corrida intègre?
    A commencer par bouder les arènes qui accueillent ces tricheurs à coups de centaines de  millions?
    Pour qu'il soit mis fin au TRIOMPHE DU DÉSHONNEUR DE LA FIESTA BRAVA

    Note: j'ai laissé les sous-titres et commentaires originaux

7 commentaires:

Toni a dit…

Pedrito esto ya es una verguenza y que sean las mierdas de las supuestas figuras españolas. Da pena.
Un abrazo.

JFN a dit…

Pedrito,en effet l'afeitado sud américain encore plus visible qu'ailleurs est une honte, en effet les figuras sont plus que complices et donneuses d'ordre en l'occurrence, faut il pour autant , une fois ces choses dites, condamner ad vitam aeternam les ganaderos, les empresas, les toreros de manière aussi générale et donner ainsi des arguments aux antitaurins qui se frottent les mains et prennent doublement argument de nos difficultés et querelles internes. Quant à être aussi radical dans le domaine politique, anarchiste et engelien... ça ressemble par trop à une révolte adolescente, et que je sache , Pedrito, vous n'êtes pas un perdreau de l'année?
Ceci dit en toute aficion partagée, a los toros, mais ça s'arrête là!

pedrito a dit…

Je persiste et je signe: ce n'est pas moi qui envoie de la Colombie ce cri de détresse sur la fraude, alors qu'en France certaines "grandes" arènes en marge de l'UVTF pataugent dans les combines de ce monde dangereux.
Dangereux parce que in fine, des gens comme JFN persistent à claironner que s'il y a malaise et crise, et si les antis prennent du poil de la bête, c'est parce que les aficionados A LOS TOROS sont trop ! TROP QUOI? Radicaux! Ah voilà: je ne suis pas "un perdreau de l'année", - JE NE VOIS PAS LE RAPPORT AVEC MON INTRANSIGEANCE CONTRE LES MAGOUILLEURS DE TOUT POIL- je suis donc un dangereux radical qui donne des arguments à ceux qui luttent contre la corrida. Mais non, JFN, çà n'est pas moi qui leur donne des arguments, ce sont vos amis les magouilleurs! Au point que je l'ai déjà dit et je le répète, les gogos se lasseront eux-mêmes un jour de ce jeu cruel avec des fauves qui ne le sont pas, et lorsque les vrais toros auront déserté TOUTES les plazas, alors, je deviendrai moi même opposant à ces jeux de cirque qui aujourd'hui encore, ne sont pas tolérés dans les placitas que nous fréquentons fidèlement, mes amis AFICIONADOS A LOS TOROS et moi.
Je regrette, profondément, sincèrement, depuis le plus profond de mes tripes, que des gens comme vous qui se considèrent comme aimant la CORRIDA, n'aient pas un mot pour condamner par exemple cette attitude scandaleuse du juli paradant sans honte devant cet animal saoulé, vaincu, abruti par cent passes en rond, qu'il a fait mutiler la nuit précédente.

A qui pouvez vous faire croire que cette parodie de corrida relève de NOTRE faute à nous, les aficionados?

Les figuras remplissent les tendidos? Vision partiale, mensongère, de la réalité des choses: elles remplissent surtout les poches des professionnels, mais vous persistez à nier qu'elles vident avant tout et depuis longtemps la toreria de sa substance: l'aficion.
Les aficionados partis, les derniers gogos lassés, que restera-t-il?

pedrito a dit…

J'ajoute, parce que c'est vrai, et que l'image du juli devant sa chèvre sans cornes ni forces est tellement répugnante:
que dire de certains qui éjaculent - au propre ou au figuré- devant une telle mascarade?

Pour ceux qui en veulent encore, courez vite sur le forum de la fstf, qui sert de boutique à un revendeur de dvd sur le nouveau prophète J.T.

pedrito a dit…

Abrazo fuertisimo, querido Toni. Y siempre pa'lante.

POCHO PACCINI BUSTOS a dit…

Con semejantes abusos, a los anti taurinos les sobraran argumentos para pedir la abolición de la fiesta, por la denigración a la que someten a los toros, disminuyéndoles groseramente sus defensas.

Los anti taurinos no están fuera, están dentro de la fiesta.

Saludos

POCHO

pedrito a dit…

POCHO: ya lo sabemos, desde siempre, y denunciaremos sus trampas, hasta SIEMPRE, hasta la vuelta de la fiesta integra, si si puede.
Abrazo a ti y los peruanos