dimanche 15 novembre 2015

LETTRE AUX BARBARES, MINABLES SIN COJONES


Le 11 Janvier dernier, les assassins commandités par les tarés de « daesh » avaient ciblé leurs « proies » : les dessinateurs de « Charlie », symbole de la pensée libertaire, les juifs, la police.

La République laïque, une, indivisible, tolérante, généreuse, était ainsi visée et touchée au cœur par des fous qui avaient fait le choix de la trahir, des êtres jeunes pourtant nourris de justice, de liberté, de dignité, d’égalité, de fraternité, par cette République à la générosité et à la tolérance sans égal.

Bien sûr : il y a tant à dire dans nos pays gangrenés par les innombrables réseaux, par les politiciens professionnels cupides, sur la liberté, sur l’égalité, sur les injustices, sur la puissance des uns, la pauvreté des autres. Le cumul des mandats, des revenus, près de 50 ans de mandat électif pour certain conseiller général, les opérations de com. d'un autre conseiller général, avec l'argent public du Gers pour mener des collégiens au pôle, et tant d'autres turpitudes, par milliers, comment la démocratie pourra-t-elle s'en remettre.  Tant à dire, et surtout à faire....

Mais rien ne peut justifier les crimes abominables dont sont victimes des gens sans méfiance ni défense.

Des fous de « dieu » qui cette fois-ci ont frappé le peuple de France désarmé, pacifique, simplement coupable de vivre sa vie, ses loisirs, sa culture, ses saines envies, comme il se doit et comme il est en droit de le faire, en êtres humains libres, comme l’a proclamé la Révolution Française de 1789 et comme l’ont confirmé les lois décidées et votées depuis plus de deux siècles par les Assemblées de notre République.

Des êtres humains, des citoyens, pour la plupart libres et tolérants, avides seulement de paix, comme seules les grandes nations libérées de toute dictature peuvent le proclamer, ont été assassinés, ce vendredi, alors qu’ils passaient entre amis, au spectacle, au stade, aux terrasses des bars, quelques heures paisibles, des moments de détente, comme les accorde notre société moderne, depuis un certain Front pop. de 1936. 129 morts !!! Plus de 300 blessés, amputés, défigurés, meurtris à jamais dans leur chair.

Face à nous, citoyens Français, face à nos lois, face à notre République fraternelle et généreuse, même imparfaite, sont une nouvelle fois sortis de l’ombre, cagoulés ou à visage découvert, mais décidés à massacrer le plus grand nombre possible d’innocents, des terroristes qui prétendent mener leur guerre contre les impies, mais aussi contre tous ceux qui ne partagent pas leur « foi » : c’est-à-dire, le peuple de France, dans sa généreuse diversité

Terroristes manipulés par des milliardaires connus de tous les puissants de la planète, ces commanditaires des crimes qu’ils répandent dans nos démocraties.
Terroristes sans cervelle, sans couilles, sans courage, des lâches, des sous-hommes, des crétins ignares et incultes, irrémédiablement débiles, débilisés, incapables qu’ils sont de comprendre qu’ils sont des pantins sans cervelle aux mains de leurs maitres à tuer, car ils obéissent aveuglément à des politiciens planqués derrière le paravent religieux, des politiciens manipulateurs, qui se foutent bien de dieu et de la création, pseudo religieux avides de pouvoir totalitaire, immondes crapules juste capables de faire assassiner des millions de victimes innocentes, femmes et enfants compris, pour gouverner le monde à leur manière totalement inhumaine, avec des méthodes exclusivement sanguinaires.
Jusqu'à faire disparaître notre CIVILISATION, qui leur est étrangère et inaccessible, tellement ils sont des sous hommes à jamais tarés.
Leur projet à eux? Tuer !!! Répandre la mort !! Torturer, contraindre à se soumettre ceux qui  résistent à l’obéissance aveugle.

La mort !! 
 
La mort ! C’est leur seul programme !! Leur seul credo!
 
Terroristes dégénérés à qui les pseudo religieux mais vrais fascistes font croire que le sacrifice de leur vie sera récompensé par Allah, comme si un dieu digne de ce nom pouvait commander et sanctifier le crime abject perpétré sur des innocents sans armes et sans défense.
 
Ce soir, j’en veux à tous ceux qui laissent faire, encourageant ainsi la montée de tous les fascismes. Surtout à nos politiques qui depuis des années ont laissé les faux religieux mais vrais fachos distiller leurs discours de haine dans les mosquées, ces lieux qui devaient être des lieux de prières, mais qui en réalité sont devenus des centres de « radicalisation ». Car la radicalisation de ces dangereux paumés, passés du stade de voyous des banlieues, condamnés de droit commun, à celui de kamikazes, a entrainé d’autres radicalisations, tout aussi dangereuses, plus sournoises, parce qu'on les tolère, ici et partout, par laxisme.... Par exemple celle des tenues vestimentaires, imposées par certains barbus à leurs femmes, des tenues choquantes, anachroniques, en ce siècle de liberté, en totale contradiction avec nos principes républicains, avec notre culture, avec notre laïcité malmenée par des prédicateurs qui sont en réalité des fossoyeurs de notre civilisation et de nos lois républicaines. Des accoutrements ridicules qui sont le signe de la soumission par la contrainte et la violence, à un système fasciste.
 
J’en veux à ces monarchies du golfe et à leurs princes milliardaires devant qui les dirigeants du monde se prosternent, se taisent, ferment les yeux, pour vendre, pour emporter les marchés, armes, équipements, alors que le monde entier imagine et sait bien que l’argent qui finance les armées du crime, celles qui sèment la terreur dans nos démocraties, ne tombe pas du ciel. Qui sera capable de ramener les uns et les autres à la raison ? D’imposer ainsi par exemple aux Turcs de lutter d’abord efficacement contre le péril islamiste, qui se sert de la Turquie comme de base de transit, plutôt que de combattre les Kurdes qui, eux, mènent contre les islamistes un combat héroïque ?

Ce soir, je veux proclamer une chose, je veux que ces connards et leurs admirateurs et leurs disciples dégénérés le sachent, et je voudrais tellement qu’ils me lisent : je suis athée, je suis impie, et j’aime les gens qui ne sont pas forcément comme moi, même croyants, sauf ceux qui  m’ont fait du mal, -dont les salopes du  bled où je suis né, confisqué par son petit maharadjah et sa cour,-  et j’emmerde tous les petits tueurs du monde, tous ces ratés sans couilles, ces lâches qui tuent sans pitié, sans raison, que celle de leur folie. 

La vie, c’est autre chose que leurs croyances imbéciles, la vie, l'amitié, l'amour, la tolérance, c’est autrement plus beau, plus riche.  Simplement plus humain........

Voir se lever le soleil, ou se dissiper le brouillard, admirer la mésange qui quitte le nid douillet qu’elle a bâti dans la boite à lettres, pour venir d’un seul trait d'aile picorer les tournesols suspendus sous la pergola, entendre la mélodie lancinante de la huppette, l’abeille qui butine la fleur pour distiller son miel, suivre le vol gracieux du rouge gorge qui m’accompagne le long du chemin... La vie, c’est çà, plein et plein de choses simples, naturelles, comme  savoir aimer la nature, l'eau, la lumière, les cadeaux qu'ils nous apportent, boire, manger, jouir jusqu'à satiété, mais surtout, çà n’est pas tuer des gens, et qui plus est, tuer des innocents... Pour seulement obéir à des malades qui relèvent de la seule psychiatrie, ce que vous êtes incapables de discerner, vous, ignobles assassins étouffés par votre bêtise primaire, crasse, indélébile.

Nous ne sommes plus, depuis déjà très longtemps, à l'âge des cavernes. Le comprendrez-vous un jour, tristes percés de la timbale? Tuer des êtres humains, comme tu le fais, toi, le sanguinaire, gratuitement, et comme vous le faites, ou comme vous voulez le faire, toi et tes frères les petites larves, les fous du diable, çà, c’est détruire ce que «votre» dieu a créé. 

Et çà, il est impossible que çà ne le mette pas en colère....

Sous votre pauvre cerveau, où moisit le yaourt de votre folie meurtrière, remettez un peu de cette matière grise qui fait de vrais hommes. Avec un coeur, des tripes, et des couilles, autant dire plus rien que vous ne possédiez et qui ferait de vous des humains, et non d'ignobles barbares

Sinon, immondes sous merde, préparez vous à la punition suprême de votre dieu, des fois que vous seriez tentés par la criminelle connerie de tuer pour tuer. 

Car en tuant les mères et les enfants des autres, vous assassinez vos propres mères, vos propres frères, vos propres enfants.

PS 
A mes amis aficionados, qui s'étonnent parfois de ma tolérance persistante envers les intolérants de Charlie Hebdo, je précise que je viens d'envoyer au journal et plus spécialement à son égérie anti corrida "Luce lapin" la copie de ce texte, en les priant à tous de réserver leur prose, leurs attaques, leur combat, contre les vrais assassins de la Liberté. 
Les aficionados  en ont assez d'être assimilés à des criminels par des intégristes animalistes aussi fondamentalistes que les religieux islamistes: les premiers sont contre la consommation de la viande, les autres contre l'alcool et toute forme de jouissance terrestre, mais l'intolérance des uns et des autres est  pareillement INSUPPORTABLE
Que ces gens de Charlie comprennent enfin que la citoyenneté des aficionados ne saurait être mise en cause ni en doute, ni perpétuellement et injustement insultée, sous le prétexte imbécile qu'ils sont des sadiques, puisqu'ils se réjouiraient de la vision d'animaux torturés.
Que les végans, les verts, les végétariens et autres inventeurs d'interdits cessent de nous emmerder lorsque nous nous rendons aux arènes, le plus légalement du monde.
Nous vouons au TORO un culte qu'ils ne peuvent imaginer: puissent-ils au moins rester humbles et discrets devant notre passion, qu'ils taisent leur intolérance.
En matière de leçon de vie, de connaissances des choses et des lois de la nature, je suis, comme beaucoup de mes amis passionnés de tauromachie, certainement immensément plus respectueux  que n'importe lequel de ces pseudo verts "défenseurs" de la cause animale. 
S'ils s'occupaient un peu plus efficacement de la politique vraie, et non de glaner les voix des gogos dégoûtés par les magouilles politiciennes, qui font déserter l'isoloir, çà serait-y pas plus efficace, pour la démocratie plus que pour la ploutocratie?





6 commentaires:

Anonyme a dit…

Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas lu Monsieur Pedrito.
Comment ne pas vous suivre, moi qui suis athée.
Comment ne pas défendre farouchement cette République... et pourtant il y a tant à dire; il y a tant de choses à faire et à défaire...car c'est aussi cette République qui, involontairement mais sournoisement, nous a mené là...
J'ai aussi la rage, le sentiment d'impuissance vissé au corps.
Cette guerre aveugle aura t-elle un jour une fin? Il nous reste le langage, il faut continuer à s'en servir pour éviter de décérébrer toute pensée comme par exemple dans "La cantatrice chauve" et malheureusement et tragiquement beaucoup plus près de nous.
Bien à vous, Monsieur Pedrito.
Beñat

pedrito a dit…

Merci, mille fois merci, BEÑAT, découvrir ce message en ouvrant mon outil de communication, ce défouloir du citoyen paumé et malheureux que je deviens me réchauffe le coeur. Il y a encore des gens qui en ont. C'est vrai qu'il n'y a pas que les toros, il y a la citoyenneté que beaucoup semblent négliger ou passer au second plan, leur silence m'effraie

Merci, CHER BEÑAT, un abrazo fuertisimo, j'ai toujours la rage, mais décuplée

Anonyme a dit…

Bonjour

J'ai lu, relu et je le relis auprès de mon entourage
Tout est dit, tout est résumé
Mon coeur est triste, et nous avons peur
Bises
B.

pedrito a dit…

Merci, B., pour votre message, vos mots, vos sentiments, tout ce que nous partageons d'humain, de douloureux.
Bises

Anonyme a dit…

cf.l'émission diffusée ce jour sur France Culture de 12h à 13h30 "la table ronde"; il est probablement possible de l'écouter en podcast.
Beñat

Anonyme a dit…

Merci!
J.P.