jeudi 20 juillet 2017

JUSQU'OÚ POURRA SURFER LE LEPÉNISME ?


Le Temps de la colère,

par Chris Hedges

Chris Hedges est un journaliste américain, prix Politzer, dont les analyses sont reconnues en particulier pour le Moyen Orient. « Ce qu’on ne nous a jamais dit, c’est que le jeu était réglé d’avance. Nous étions toujours condamnés à perdre. Nos villes ont été désindustrialisées et se sont dégradées. Les salaires ont décliné. Notre classe ouvrière s’est appauvrie. La guerre sans fin est devenue, de façon cynique, une activité lucrative. Et la richesse du monde a été saisie par un petit groupe d’oligarques mondiaux. Les kleptocraties, comme celle actuellement installée à Washington, ont volé les gens de façon éhontée. L’idéalisme démocratique est devenu une plaisanterie. Nous ne sommes reliés les uns aux autres, comme l’écrit Mishra, que « par le commerce et la technologie », forces qu’Hanna Arendt a appelées « la solidarité négative ». Il faudrait compléter cette analyse par la manière dont l’idée révolutionnaire, le communisme a été vidé de sa substance en suivant partout les illusions social démocrates et le mensonge éhonté de leur promesse face à la réalité de leur alignement. Et cela n’est pas fini, qui ne voit pas que l’enjeu du prochain congrès du PCF c’est de faire accepter aux militants une force raisonnable, gestionnaire  qui pourtant génère partout l’extrême-droite (note de danielle Bleitrach, titre de Pedrito)

3 commentaires:

pedrito a dit…

"L'idéalisme démocratique est devenu une plaisanterie"...... Démocratie égalitaire et fraternelle, pour laquelle à peine un peu plus de 40% - QUARANTE POUR CENT!!!!!- des Français s'entêtent à se bercer d'illusions, en se laissant encore entrainer dans l'isoloir, malgré les innombrables promesses électorales et trahisons érigées en dogme par la droite et la gauche, SURTOUT... Une sinistre plaisanterie.....Un pâle petit politicien jupitérien, choisi par 17% des citoyens, se comporte aussitôt élu président, en monarque de droit divin. Son mépris des classes populaires lui pète à la gueule. Il veut casser au plus vite les lois sociales qui protègent les citoyens les plus pauvres, les plus fragiles. Aujourd'hui, il plastronne même devant un général d'armée, lui intime l'ordre d'obéir, de se taire, alors que ce petit politicien trop ambitieux, orgueilleux et cupide, n'a jamais consacré un seul jour de sa vie au service de la Patrie.
Celles et ceux qui l'ont plébiscité pour se préserver du fascisme - épouvantail
construit de toutes pièces par la droite et le ps peuvent à loisir analyser le résultat.
Mais y a-t-il pire sourd que celui qui ne veut pas entendre?

pedrito a dit…

Je précise, - ceux qui me connaissent le savent bien- que j'ai accompli en Algérie 27 mois de service militaire, en "QUALITÉ" de DEUXIÈME classe. Et que c'est un mois avant d'être libéré qu'un adjudant m'a nommé première classe CONTRE MON GRÉ, ce que j'ai dû accepter sous peine de prison. Je ne suis donc pas spécialement un pro militariste... Mais dans tout pays il y a une armée. Et qui que ce soit, même un président excessivement orgueilleux et mal élu, doit faire preuve de beaucoup plus de respect et d'humilité devant ceux qui ont représenté la France bien avant lui
Pedrito

Anonyme a dit…

Bonjour Pedrito
Cher Pédrito,je serai toujours étonné que vous mettiez dans le même sac liberalisme voire ultra libéralisme et fascisme du FN (à moins de penser que le FN n est pas un parti fasciste?!). Même s il est exact qu avec Macron, en gouvernant par ordonnances, les limites sont de plus en plus ténues entre les 2,et qu il est également vrai que ce type de politiques menées par les différents gouvernements depuis...fort longtemps (fin 82/ debut 83?) contribuent à faire monter le FN (ce n est quand même pas la seule raison, il y a chez beaucoup d électeurs de ce parti des causes racistes) je persiste à penser qu avec Le Pen la démocratie aurait été encore plus bafouée et surtout que les discriminations de toutes sortes (politiques, syndicales, origines...) envers l ensemble de la population auraient été encore plus nombreuses. Comme je vous l ai dit brièvement sur les gradins de Ceret (c était pas le lieu pour engager une conversation politique), ne croyez pas que si j ai mis un bulletin avec le nom de Macron inscrit, ne croyez pas que je l ai fait de gaieté de cœur, ni en sachant à quoi m attendre sur la politique qu il allait mettre en place. Je l ai fait sans illusion et une fois de plus comme vous l avez vous même fait vraisemblablement plusieurs fois depuis avril 2002.
Maintenant il faut aller dans les rues avec les OS telles que la notre (CGT) pour exiger de Monsieur 17% de changer sa politique; ce sera aux salariés et aux fonctionnaires de décider de faire greve et d aller manifester. Ce sera pas facile, c est vrai et il faudra beaucoup de monde dans les rues, y compris les retraités qui en prennent plein la tronche mais cela reste possible; je ne suis pas sur du tout qu avec Le Pen cette possibilité de manifester et de faire greve aurait continuée à exister très longtemps, en tout cas on n avait pas le droit de prendre ce risque et bien d autres encore. Patrick Sabatier 13300
,