dimanche 17 octobre 2010

¡ESCANDALOSO! UN SCANDALE DE PLUS A L'ÉLYSÉE!


SCANDALEUX !!!
Lorsqu'on sait que le petit Louis (dernier de Sarkozy) est scolarisé depuis septembre à Dubaï, notre avenir s'éclaire d'un jour nouveau ! Très intéressant. Pendant que Le gouvernement ratiboise les effectifs des profs, Sarkozy veut imposer une réforme géniale. Il a décidé d'offrir aux expatriés la gratuité des écoles et lycées français de l'étranger.
Un cadeau sympa, non ? Sauf qu'il va surtout profiter aux plus aisés, et que l'addition, pour l'Etat, s'annonce carabinée. Ces Ecoles, très cotées étaient jusqu'à présent payantes. Certains lycées sont des établissements publics, d'autres, privés sous contrat. En tout 160 000 élèves y sont scolarisés, dont 80 000 français. Sous la tutelle du Quai d'Orsay, chaque établissement fixe assez librement ses tarifs et cela atteint des sommets : 5 500 € l'année à Tokyo, 6 500 € à Londres, 15 000 € à New York et 17 000 €, le record, à San Francisco. Au diable l'avarice! Pour les expatriés modestes, un système de bourses plutôt généreux est déjà en place. A New York, par exemple, Il faut gagner moins de 65 000 € par an - pas vraiment le smic - pour décrocher 4 500 € d'aide. Environ un quart des élèves français bénéficient d'une bourse.
Mais pour Sarkozy, ce n'était pas assez. Depuis l'an dernier et à la demande expresse de l'Elysée, l'Etat Français prend en charge l'intégralité des frais de scolarité des élèves français de terminale... Quels que soient les revenus des parents! Plus besoin de bourse ! A la rentrée de septembre, ce sera le tour des premières, puis des secondes l'an prochain, et ainsi de suite.
" J'aurais pu commencer la gratuité par la maternelle, a expliqué Sarkozy, le 20 juin dernier, devant la communauté française d'Athènes, mais j'ai voulu commencer par l'année la plus chère pour que vous puissiez constater la générosité des pouvoirs publics français."
Encore merci ! Mais générosité pour qui ? A Londres, l'une des familles concernées par ce généreux cadeau déclare plus de 2 millions d'euros de revenus annuels. Et deux autres gagnent plus d'un million. Jusqu'alors, une partie du financement était assurée par des grandes entreprises françaises désireuses d'attirer leurs cadres vers l'étranger. Ces boîtes, comme Darty ou Auchan, rentrent déjà leur chéquier: pourquoi payer les frais de leurs expatriés si l'Etat régale ? Un coût qui fait boum au Quai d'Orsay, l'Agence française de l'enseignement à l'étranger a simulé le coût de cette plaisanterie mais s'est bien gardée d'en publier le résultat. Lequel est tout de même tombé dans les palmes du "Canard Enchaîné". D'ici dix ans, appliquée du lycée jusqu'au CP (sans parler de la maternelle), la gratuité coûterait à l'Etat la bagatelle annuelle de 713 millions d'euros! Intenable! La vraie priorité, c'est l'ouverture de nouveaux établissements, pas la gratuité pour les plus nantis. Mais pourquoi Sarkozy s'est lancé là dedans? Peut-être parce qu'il se sent personnellement concerné par la question : après avoir été annoncé à New York puis à Londres, petit Louis est finalement inscrit au lycée français de Doha... Et il va falloir payer! Pour ce fils de riche, et tous les autres.
Auditionné par le Sénat à la fin juin, Bernard Kouchner n'a pas nié ces menus "inconvénients". Son cabinet songe d'ailleurs à couper la poire en deux : une gratuité partielle... mais toujours sans conditions de revenus. Sauf que, pour le moment, Sarkozy n'en veut pas. "Je tiens beaucoup à la gratuité", s'entête-t-il à chaque déclaration à l'étranger. Sans prendre le temps de préciser comment sera financée cette très généreuse gratuité ! Ce ne sont pas les médias qui nous le diront. Et puisqu'il faut faire des économies à l'Education Nationale, je vous laisse juges. Tout va bien. Surtout pour certains. Il n'y a plus d'argent ???
Et oui, les caisses de l'Etat ne sont pas vides pour tout le monde....

5 commentaires:

Frédéric a dit…

comme tu le dis si bien, un nouveau scandale de l'Elysée, mais est ce une surprise???
J'ignorais tout des derniers exploits de ce sinistre président que Tf1 et Europe 1 ont fait élire en 2007.
Il serait intéréssant de faire passer ces éléments auprès de certains médias afin qu'ils relaient cette information.

PROPOSITIONS D’ACTIONS a dit…

Cher Pedrito,
Pour une fois, je ne suis pas complètement d'accord avec toi.
Je ne vois pas pourquoi un ressortissant français expatrié ne pourrait bénéficier, au même titre que les autres citoyens français restés au pays, des avantages du service public d’éducation et parmi ceux-là de la gratuité. SURTOUT, s’il acquitte ses impôts en France et contribue donc au budget de la nation. Dans le cas contraire évidemment la chose se pose différemment.
Beaucoup d’expatriés le sont du fait de leur entreprise qui les envoie travailler à l’étranger. Même quand ce n’est pas le cas, il me semble importer que tout ressortissant français puisse scolariser ses enfants dans les mêmes conditions (dont la gratuité) que dans la mère patrie.
Le problème me semble beaucoup plus que notre pays accepte d’entretenir à l’étranger un système d’éducation de classe, exclusivement orienté vers des élites locales favorisées.
Est-ce ainsi que nous donnons à connaître nos valeurs nationales? Je rappelle que la mission de l’Ecole est (encore !!!) de «former l’Homme et le Citoyen» , définition à laquelle certains irréductibles comme moi restent attachés, en dépit de la sarkosite ambiante. Ce qui serait valable à l’intérieur de l’hexagone, un système gratuit, laïc et de qualité, ne le serait plus à «l’export» ?
Tout au contraire, j’aimerais voir une floraison d’écoles, de collèges et de lycées gratuits, ouverts préférentiellement aux élèves méritants (le mérite républicain) des classes populaires «autochtones», à qui ces établissements pourraient dispenser gratuitement notre culture ainsi que nos valeurs républicaines sociales et laïques.
Cordialement.

el chulo a dit…

mouais, mon cher Xavier,

Je serais plutôt de l'avis de Pedrito, et il me semble que ce serait plutôt aux entreprises de payer les frais éventuels de scolarisation.

Ce qui m'inquiète c'est qu'en même temps, on procède à une mise en charpie organisée du système éducatif public françaisn au seul profit, à terme, des établissements privés. De ùpn point de vue, il s'agit bien d'une volonté politique.

Anonyme a dit…

Et pendant ce temps-là Victorino Hijo annonce qu'il va affubler ses toros de fundas.
Quelle que soit la sphère concernée, le monde ne tourne plus rond dès qu'il s'agit de pognon...
zanzi

pedrito a dit…

Cher Xavier, t'étonnerais-je en assénant que je suis un partisan viscéral,un suppôt,un inconditionnel, de l'école laïque, gratuite, républicaine.

Ce n'est certainement pas le cas du nain sectaire qui nous roule dans la farine, mais qui surtout est allé se prosterner - se prostituer, devrais-je préciser- devant le chef du Vatican, pour reconquérir quelques unes des voix de ses ouailles, déboussolées et écoeurées à la longue par ses multiples saloperies.

Tout est tromperies, abus, mensonges: un peu comme la corrida "moderne", d'ailleurs.
Abrazo