jeudi 16 mars 2017

L'ESCROC, OU LE FACHO !

En attendant,un petit dernier , pour Patrick,  mon ami d'AIX.

Comment ne pas partager l’opinion de Frédéric Lordon, ou de Jacques Rancière quand il dit : « Si Marine Le Pen devait l’emporter, ça ne serait pas gai, bien sûr. Mais il faut en tirer les bonnes conclusions. La solution est de lutter contre le système qui produit Marine Le Pen, non de croire qu’on va sauver la démocratie en votant pour le premier corrompu venu. J’ai toujours en tête ce slogan de 2002 : « votez escroc pas facho ».

 Choisir l’escroc pour éviter le facho c’est mériter l’un et l’autre et se préparer à avoir les deux. 


mercredi 15 mars 2017

MARINE PEUT LEUR DIRE MERCI

L’image contient peut-être : 24 personnes
CETTE ASSEMBLAGE HÉTÉROCLITE DE POLITICIENS DE LA GAUCHE DÉLAVÉE VOUS CHOQUE?
ON L'AURA COMPRIS, IL S'AGIT DE LA MACRONNERIE "EN MARCHE",  UN CONGLOMÉRAT DISPARATE DE POLITICIENS CUPIDES, AMBITIEUX , CORROMPUS POUR CERTAINS, LA NOUVELLE FAMILLE  SENSÉE COMBATTRE LE FN, ALORS QUE LA PLUPART D'ENTRE EUX L'ONT PROMU, DU MOINS N'ONT JAMAIS RIEN FAIT POUR STOPPER SON ESSOR, ET DONT L'ALLIANCE ENCORE AUJOURD'HUI ET PLUS QUE JAMAIS  FAVORISE OBJECTIVEMENT SON EXPANSION !
AVEC, ENTRE AUTRES BOUFFONS POLITICIENS, ROBERT HUE, PRÉTENDUMENT " FIDÈLE A SES CONVICTIONS", MAIS QUI A TRAHI LES MIENNES ET BEAUCOUP D'AUTRES DEPUIS MAINTENANT FORT LONGTEMPS
 Marine peut leur dire merci!!
Mais çà ne les empêche pas de continuer de donner des leçons de civisme aux nombreux citoyens qui s'interrogent sur l'utilité des scrutins pièges qui leur sont imposés.
Aucune issue, aucun choix autre que l'abstention, pour celles et ceux qui se sentent trahis par l' alternance mortifère entre la droite déclarée et la pseudo gauche, sa complice, qui applique depuis les années Mitterrand les mêmes recettes politiciennes, avec  d'un côté, toujours les mêmes gagnants, les riches toujours plus nombreux et plus riches, et de l'autre, les pauvres, toujours les mêmes, toujours plus nombreux et plus tondus.
Comment s'étonner si l'abstention et le vote FN grossissent dans ces deux cas  dangereusement ?




lundi 13 mars 2017

MÉLANCHON: UN POLITICIEN PARMI LES AUTRES(°)


    Le programme de Mélenchon est un programme keynésien, un programme réformiste. Qui vise dans son programme « le système de la caste médiatico-politique de la monarchie présidentielle » et non le pouvoir du capital monopoliste.
    Vouloir partager les richesses ne change par le rapport Capital/Travail, le rapport dominant/dominé, il le perpétue. Dans son programme, le capitalisme n’est jamais nommé.
    Aucune nationalisation même bourgeoise n’est envisagée. Il fait la distinction entre capital financier et capital industriel, laissant penser qu’il y a un bon capitalisme, celui qui produit et un mauvais qui spécule. En réalité il y a fusion des deux. Le coeur de la crise qui est une crise de sur-accumulation du capital se situe dans le secteur de la production et de la distribution.
    Mélenchon s’inscrit dans la recomposition du paysage politique du système en pleine crise hégémonique. Mélenchon milite pour être la relève du PS social-démocrate à bout de course. Il suit le chemin de Syriza qui a pris la place du Pasok.
    Mélenchon est un social-démocrate, new-look, gauchisant son discours mais un social-démocrate. Son passé et son présent le prouvent.
    La social-démocratie c’est une fraction de la bourgeoisie dans le mouvement ouvrier. Le PCF, en oubliant cette vérité nous a amené dans l’impasse. Il est juste qu’il disparaisse une bonne fois pour toute. Il n’est pas redressable.
    Permettez moi de douter qu’il reste dans ce parti des militants qui soient sur des bases de classe. Le devoir d’un communiste est d’être à l’avant-garde. S’ils avaient voulu l’être, ils auraient quitter le PCF en scissionnant pour construire une autre organisation depuis longtemps.
    Le réformisme dans la situation des classes actuelle en France, en Europe et dans le monde, avec une crise organique du capitalisme qui ne connaitra d’issue que révolutionnaire est tout simplement réactionnaire.
    Mélenchon vise un réaménagement de l’UE, non pas la quitter et la détruire comme machine de domination du capital sur le continent.
    Jeter les syndicalistes qui commence à chercher leurs marques pour renouer avec le syndicalisme de classe (on est encore loin du compte) dans les bras de ce réformiste bavard, traitre potentiel admirateur de Syriza et de Podemos, est une FAUTE POLITIQUE GRAVE.
    Nous vivons à l’époque du passage du capitalisme au socialisme. Mélenchon est une fausse solution.

    (°) Emprunté à Jean Sans Terre